Le CICR a confirmé mardi à Genève l’enlèvement d’un délégué suisse et de sept de ses employés congolais dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). L’équipe est retenue depuis vendredi dans les environs de Fizi par le groupe Maï Maï Yakutumba.

L’incident s’est produit le 9 avril vers 14h00 locales dans la province du Sud-Kivu, alors que l’équipe du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) revenait d’une mission d’évaluation des besoins de personnes déplacées, explique l’organisation.

«Nous demandons au groupe qui détient nos collègues de les libérer au plus vite», a déclaré Franz Rauchenstein, chef de la délégation du CICR en RDC. «Nous sommes en contact avec nos collègues, et leurs familles ont été informées de la situation», a-t-il ajouté.

Le CICR ne donne pas le nom du délégué suisse enlevé pour l’instant, en l’absence d’accord de la famille, a précisé une porte-parole.

La région du Sud-Kivu où l’équipe du CICR est retenue a été marquée par de violents affrontements qui ont provoqué le déplacement de milliers de civils ces derniers mois. «Nous insistons pour que le caractère strictement humanitaire, impartial et neutre de notre action soit reconnu et que nos collègues puissent bientôt retrouver leurs proches», a souligné M. Rauchenstein.

Dans le Sud-Kivu, le CICR maintient une présence permanente à Bukavu, Uvira, Marungu, Minembwe et Fizi. L’enclavement de la région, les difficultés logistiques et les conditions de sécurité précaires rendent difficile l’accès à cette région.

Le jour où cet incident s’est produit, une autre équipe du CICR venait de procéder à la remise officielle de 72 points d’eau réhabilités ou construits au cours des deux dernières années à Fizi. Ces travaux permettront aux plus de 20’000 habitants de la région de Fizi et de ses environs de bénéficier d’un meilleur accès à l’eau, indique l’institution.