«No Billag»

Les employés de la SSR restent exemptés de redevance

Alors que «No Billag» reproche à l’audiovisuel public son coût élevé, des milliers de collaborateurs de la SSR ne paient rien. Cette faveur a même été prolongée d’un an

Attaqué sur Twitter sur le montant de sa contribution au financement du service public, Pascal Crittin, directeur de la RTS, rétorque: «Je paie Billag à 100%!» Les cadres de l’organisation (8,6% des employés) sont en effet tenus de s’acquitter de la redevance «depuis quelques années», indique Edi Estermann, porte-parole de la SSR.

Lire également: L'offensive contre «No Billag» est lancée

Des milliers d’employés de la SSR demeurent toutefois exemptés ou bénéficient d’un allégement de leur facture Billag. Sur 6000 collaborateurs, environ 2800 personnes à temps plein ne paient rien, alors que leurs 3200 collègues actifs à temps partiel bénéficient, à choix, de la réception gratuite de la radio (165 francs par an) ou de la télévision (286 francs par an). Le montant annuel de ces faveurs s’élèverait à plus de 2 millions de francs, payé directement à Billag par la SSR.

Lire aussi: Pour ou contre la SSR, la bataille du financement fait rage

«Une faute de la direction»

L’abolition de ces exemptions a pourtant été communiquée vers la fin de 2014, quelques mois avant la votation sur la généralisation de la redevance. Mais la convention collective de travail (CCT) se renégocie tous les quatre ans, et sa dernière mouture est entrée en vigueur en janvier 2014. Aucun changement n’était donc possible avant la version suivante, prévue pour janvier 2018. «Cette annonce était une faute de la direction», déplore Jérôme Hayoz, secrétaire central du Syndicat suisse des mass media (SSM), auquel sont affiliés les employés de la SSR.

Lire également: Doris Leuthard lance la campagne contre «No Billag»

Entre-temps, 2018 a sonné. Et avec lui le changement de régime annoncé en 2014? Pas encore. «Les négociations pour la prochaine CCT viennent juste de commencer», indique Jérôme Hayoz. La convention actuelle a en effet été prolongée d’une année supplémentaire, jusqu’en janvier 2019.

Une décision audacieuse

«Le choix de procéder au changement en 2019 est lié à l’évolution du système prévu la même année», explique sans plus de précisions Edi Estermann. Le Conseil fédéral a en effet annoncé en octobre que le montant de la redevance passerait de 451 à 365 francs par an dès le 1er janvier 2019.

Lire aussi: «No Billag»: à qui profiterait le crime?

Quatre ans après avoir annoncé la disparition des privilèges autour de la redevance, la SSR semble donc avoir décidé de les prolonger d’une année. A quelques semaines du vote sur «No Billag», la pertinence de cette décision devrait se juger dans les urnes.


Cet article a été modifié d'après une demande du SSM afin de préciser que le montant des redevances des employés de la SSR pris en charge par la SSR est payé directement à Billag par la SSR.

Nous avons par la suite publié la réponse du SSM: Les salariés de la SSR n’ont pas de privilèges.

Dossier La controverse «No Billag»

Publicité