Le Conseil fédéral fait une nouvelle fois appel au juge vaudois François Jomini pour enquêter sur des soupçons de violation du secret de fonction au sein du Ministère public de la Confédération (MPC). Le président de la Chambre civile du Tribunal cantonal vaudois devra éclaircir une affaire de fuites dont auraient profité les médias. La requête a été déposée par une «personne privée», dont le Département fédéral de justice et police (DFJP) n'a pas divulgué l'identité.

Selon les informations obtenues par Le Temps, cette personne est vraisemblablement le Saoudien Yassin Kadi, qui fait l'objet d'une enquête en Suisse en relation avec le financement du réseau Al-Qaida (LT du 11.12.04). Le requérant «affirme que des collaborateurs du Ministère public ayant accès au dossier auraient livré des informations aux médias», précise cependant le communiqué du DFJP. Comme les investigations concernent des collaborateurs du Parquet fédéral, l'enquête doit être confiée à un procureur extraordinaire.

Le juge Jomini avait déjà été désigné par le Conseil fédéral en novembre 2004 pour vérifier des soupçons de violation du secret de fonction dans le cadre de la même affaire. Cette requête visait alors l'enquêteur privé Jean-Charles Brisard, qui avait travaillé comme expert pour le compte du MPC, et mettait potentiellement en cause le procureur général suppléant de la Confédération, Claude Nicati. Elle avait été déposée par d'autres plaignants. Il est apparu par la suite que Yeslam Binladin, le demi-frère genevois d'Oussama ben Laden, avait précisément déposé plainte pour violation du secret de fonction contre Jean-Charles Brisard (LT des 3 et 9.12.2004).