A Genève, le jeune député socialiste Youniss Mussa a jeté la semaine dernière un pavé dans la mare. Son parti déserterait les préoccupations de la classe populaire et mépriserait ses loisirs, soutenait-il dans les colonnes du Temps. Il donne en exemple l’annulation de la fan-zone et la pétition contre la course de motos de Verbois.