Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Depuis 1986, les électriciens et les Valaisans se livrent à un bras de fer au sujet de la ligne à très haute tension qui doit survoler la plaine du Rhône.
© Keystone/Jean-Christophe Bott

Valais

Entre les Valaisans et les électriciens, un bras de fer au village

Swissgrid a rencontré la population pour communiquer les détails de la ligne à très haute tension qui doit survoler la plaine du Rhône. Près de 400 Valaisans ont manifesté pour exiger l’enfouissement du projet

Percussions, mégaphones et banderoles: «La santé de nos enfants n’a pas de prix.» Les familles ouvrent le défilé et les tracteurs ferment la marche. Dans les rues de Chippis, près de 400 Valaisans manifestent pour exiger l’enfouissement de la ligne à très haute tension qui doit survoler la région. Président de Grône, le démocrate-chrétien Marcel Bayard mène la fronde. Pour lui, «ce projet est périmé et il impactera sérieusement la vie des gens d’ici». Soucieux, il insiste: «Nous continuerons à nous battre.»

Devant la salle de gymnastique, les employés de Swissgrid observent la scène. A l’intérieur, quatre stands montrent des plans et des photomontages. Propriétaire et gestionnaire du réseau de transport d’électricité, la société organise trois rencontres avec la population. L’opération de communication a engendré une manifestation qui ne surprend pas vraiment la porte-parole des électriciens, Marie-Claude Debons: «Nous respectons les opinions des opposants et c’est un bon moment pour rappeler les détails du projet.»

Swissgrid veut nous imposer la dernière ligne aérienne du pays

Depuis 1986, les électriciens entendent ériger une ligne à très haute tension sur les 30 kilomètres qui séparent Chamoson de Chippis, dans la vallée du Rhône. Cette autoroute électrique doit relier les barrages au réseau international par l’est. Après avoir longuement affronté les résistances locales, Swissgrid se prépare à piquer les coteaux de 77 pylônes qui pourront s’élever jusqu’à 100 mètres de haut et soutenir 33 câbles. Le Tribunal fédéral traite actuellement le dernier recours des opposants. S’il est refusé, les travaux débuteront.

Lire aussi: L’ultime combat des Valaisans contre l’autoroute électrique

Après une minute de silence, les manifestants lâchent une centaine de ballons. Sur leurs panneaux, il est écrit: «Il n’est pas trop tard.» En mars dernier, le Conseil national a soutenu le socialiste Mathias Reynard, qui demandait au Conseil fédéral d’examiner les variantes qui permettraient d’enterrer la ligne de la discorde. Marcel Bayard soupire: «Nous avons le sentiment que Swissgrid veut nous imposer la dernière ligne aérienne du pays.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a