Ce mercredi, à l’occasion de deux conférences de presse distinctes organisées le même jour, la droite a affronté la droite. En cause: l’initiative pour des entreprises responsables. Si chaque camp bourgeois a soutenu vouloir que les entreprises domiciliées en Suisse se conduisent correctement en matière de droits de l’homme et de respect des normes environnementales, leur réponse au problème diffère drastiquement. Une désunion nette qui ne manquera pas de ravir initiants et représentants des partis de gauche.

«Dangereux pour l’économie suisse»

Rappelons ce que propose l’initiative: le texte soumis aux votants exige que les entreprises dont le siège est en Suisse veillent au respect des droits de l’homme et des normes environnementales internationales et que les entreprises qu’elles contrôlent le fassent aussi. Si l’une de ces dernières commet une violation, la firme qui la chapeaute en est tenue responsable à moins qu’elle ne prouve avoir fait preuve de la diligence requise pour prévenir le dommage. L’initiative ouvre la possibilité aux personnes lésées à l’étranger d’engager une procédure civile en Suisse pour obtenir des réparations.