Le WWF et les promoteurs d’un parc de sept éoliennes à la vallée de Joux dans le canton de Vaud (EolJoux) se sont accordés pour éviter une redoutable bataille d’oppositions et de recours. Les turbines, destinées à se dresser dans un paysage protégé à proximité du col du Marchairuz à 1260 mètres d’altitude, suscitent en effet la méfiance des défenseurs de la nature.

D’un côté, l’organisation écologiste promet de ne pas entraver les procédures administrative indispensable à l’ouverture du chantier. De l’autre, la société électrique de la vallée de Joux et la municipalité du Chenit, commune qui accueillera le parc, s’engagent à élaborer un plan d’économie d’énergie estimé à 350’000 francs afin de réduire la consommation de courant.

L’accord, annoncé dans un communiqué conjoint, tranche avec une certaine hostilité de mise ces derniers temps à l’égard des éoliennes. Le WWF souligne qu’EolJoux ne porte pas atteinte à la biodiversité qui lui est chère. «Le fait que le projet soit portée par la communauté locale est un également un facteur positif», note encore l’ONG. La vallée veut produire sa propre énergie, insistent les promoteurs. Ce qui rend le projet acceptable.

Sans le dire, le WWF laisse entendre qu’il aurait été moins conciliant si le parc était le fait d’investisseurs étrangers au terroir. Il faut dire que la ruée sur les reliefs venteux du pays connaît quelques dérives. Des sociétés électriques intéressées au marché éolien, soutenu par la Confédération, n’hésitent pas à surenchérir pour mettre la main sur des sites intéressants au détriment des désirs et des préoccupations des résidents.

Pro Natura, l’autre organisation qui suit de près le développement de l’éolien en Suisse, n’a pas participé aux discussions. En revanche, elle compte se manifester lors de la mise à l’enquête du projet. L’association entend en effet empêcher toute modification de l’Inventaire fédéral des paysages (IFP). Modification demandée par les promoteurs du parc et sans laquelle les hélices géantes ne pourront pas être construites sur le site. Le Conseil fédéral doit se prononcer prochainement sur la question.

A partir de 2014, EolJoux devrait fournir presque autant d’énergie que la région en consomme, entre 40 et 50 millions de kWh. L’investissement se monte à 60 millions.