Le Tribunal correctionnel de Genève a écarté l’accusation la plus grave de tentative d’instigation à assassinat d’un gendarme en estimant que la preuve des sombres desseins de l’épicier des Pâquis n’avait pas été apportée par ce dossier truffé de lacunes et de contradictions. Le commerçant a par contre été reconnu coupable d’avoir tenté de convaincre un désoeuvré du quartier d’aller frapper un autre policier pour lui donner une leçon. Coupable aussi d’avoir employé des gens au noir, l’intéressé s’est vu infliger une peine de 2 ans et demi de prison, dont 10 mois ferme. Il ne retourne pas en prison puisqu’il a déjà effectué 337 jours de préventive. (Fati Mansour)