20 ans

Eric Hoesli: «Le Temps» est né d’un couple hétéroclite» 

Le premier directeur et rédacteur en chef du «Temps» revient sur la création du journal en 1998. Il explique son mandat et la définition de sa ligne éditoriale. Vingt ans plus tard, le titre a-t-il toujours sa raison d’être?

Cette année, Le Temps fête ses 20 ans. Né le 18 mars 1998, il est issu de la fusion du Journal de Genève et Gazette de Lausanne et du Nouveau quotidien. Nous saisissons l’occasion de cet anniversaire pour revenir sur ces 20 années, et imaginer quelques grandes pistes pour les 20 suivantes.


Eric Hoesli était rédacteur en chef de L'Hebdo lorsqu'il a été approché par les artisans de la fusion du Journal de Genève et Gazette de Lausanne et du Nouveau Quotidien, en 1998. Il a dirigé Le Temps jusqu'en 2002. A l'heure du 20e anniversaire du titre, il revient sur sa genèse et ses ambitions.

Le Temps: A quoi était censé servir «Le Temps» au moment de sa création?

Eric Hoesli: En fusionnant les titres qu’étaient Le Nouveau Quotidien et le Journal de Genève, l’ambition des éditeurs était de disposer d’un journal permettant de rivaliser avec la NZZ et les anciens titres bâlois qui avaient fait la gloire de la presse suisse. On présentait Le Temps comme un journal de référence sur la scène romande, qui se distinguerait des titres régionaux et offrirait une garantie en termes d’honnêteté intellectuelle. Grâce à la quasi-addition des forces, on détenait un capital inégalé de compétences journalistiques, capables de faire la différence. Les débuts n’ont pourtant pas été faciles, il a fallu surmonter le deuil légitime, mais de nature assez différente, dans lequel étaient plongées les deux rédactions. Les deux camps se regardaient en chiens de faïence. Genève contre Lausanne, la tradition contre la nouveauté, verts contre violets, chacun s’emparait d’images opportunes pour se justifier. Mon impression est que dix-huit mois ont été nécessaires pour qu’émerge une culture journalistique propre et que les journalistes se réclament «du Temps».

Comment gérer deux clans réunis malgré eux dans une même salle de rédaction?

Les critiques, et elles étaient nombreuses, ironisaient sans cesse sur le mariage de la carpe et du lapin. On nous pressait de choisir entre des héritages jugés inconciliables. Je préférais voir en cette fusion le mariage d’un officier un brin conservateur et porté sur les principes – le Journal de Genève – avec une épouse vive, un brin volage et éprise de culture – Le Nouveau Quotidien. Il ne s’agissait pas de savoir lequel des deux était le plus aimable mais de se projeter comme l’enfant de ce couple hétéroclite. Le Temps était cet enfant, il s’agissait d’affirmer sa personnalité, dans le respect des filiations, mais avec toute la liberté propre à une nouvelle génération. Une fusion n’est pas un compromis, encore moins une moyenne, c’est une nouvelle chimie. Les lecteurs nous l’ont aussi signifié quand nous les avons consultés sur le choix du titre. Nous pensions voir triompher un hybride «Nouveau Journal», mais le public a opté pour un titre tout à fait différent. Ce fut un signal fort: «Cessez de vous disputer sur votre héritage et regardez vers l’avenir», semblait-il nous dire en votant pour Le Temps. Un autre signe dans ce sens, venu de la rédaction, fut de refuser d’aller se loger dans l’une ou l’autre des deux rédactions mais de choisir en lieu et place un concept original, celui de s’installer uniquement dans des gares, symboles de notre mobilité et de notre appartenance à la fois. Imaginez-vous, au lancement nous avions des bureaux dans les gares de Genève, Lausanne, Berne, Zurich, Neuchâtel, Fribourg et Sion! La direction des CFF nous avait offert un magnifique coup de main.

La presse romande mérite une mobilisation aussi vive que celle dont a bénéficié le service public

Eric Hoesli

Vous avez été nommé rédacteur en chef du nouveau titre. Pourquoi vous?

Il était important que je ne sorte pas directement d’une des deux rédactions, j’étais rédacteur en chef de L’Hebdo à l’époque. C’est David de Pury, futur président du conseil d’administration, qui est venu me chercher en compagnie de Jacques Pilet. David de Pury disposait d’une image exécrable dans la profession, on voyait en lui l’ultralibéral auteur du Livre blanc. Il s’est avéré un véritable architecte intellectuel, gardien de l’indépendance du titre. Le Temps lui doit beaucoup, c’est l’occasion de le rappeler en saluant sa mémoire. Au moment de former l’équipe, j’ai commencé par une grosse erreur: j’ai privilégié une sorte d’équilibre entre les deux anciennes rédactions, en nommant un nombre égal de cadres provenant des Verts et des Violets et en observant une sorte de symétrie, qui s’est révélée de très mauvais aloi. Je m’en suis mordu les doigts. Confirmés ainsi dans leur rôle implicite de gérants de l’héritage, ils sont devenus autant de gardiens du passé, au lieu d’inventer l’avenir. J’ai tiré de cette expérience une leçon: dans une fusion, ne jamais se fier aux chiffres pairs (deux adjoints, huit chefs de rubrique…), cela revient à fortifier deux camps. Il faut résolument s’obliger à représenter un tout et favoriser les chiffres impairs!

Voulait-on gagner de l’argent avec ce titre?

Les éditeurs, qui avaient soutenu les titres précédents à coups de millions, voulaient une rentabilité. J’ai toujours considéré que cet objectif n’était pas seulement économique: il signifiait aussi que nous devions trouver notre public et notre justification. C’est aussi un gage d’indépendance. Mais je n’ai jamais ressenti la cupidité que j’ai constatée des années plus tard dans d’autres fonctions. Il n’y a pas de doute que le projet était avant tout civique et éditorial. Tempi passati…

«Le Temps» était-il pensé comme un porte-voix des politiciens de droite? Devait-il donner des gages aux banques privées, aux différents pouvoirs?

Certains le souhaitaient certainement, mais chacun comprenait que l’époque d’une presse partisane était définitivement révolue. Le Temps devait, comme chaque titre naissant, coller à l’esprit de son époque. A notre modeste mesure nous devions représenter une Suisse libérale, ouverte, dans un monde en voie de globalisation. Il y a eu des débats au conseil d’administration, mais jamais sur un positionnement partisan. Ce furent plutôt des engagements européens qui prêtèrent à débat. Ou notre volonté de faire place à l’enquête. Mais, sincèrement, les membres du conseil se sont toujours montrés respectueux de nos choix. Y compris quand ils se sont révélés erronés ou naïfs. Ce qui s’est produit, évidemment. Le danger permanent pour une rédaction est de croire qu’elle est un échantillon de la société qui l’entoure. C’est une illusion d’optique dont il faut sans cesse essayer de se garder.

Fini le temps où le bassin de distribution postale définissait le public. L’espace numérique est au moins celui de la francophonie, la concurrence y est terrible

Eric Hoesli

La ligne du journal a-t-elle changé?

Y a-t-il encore place pour ce qu’on appelait une «ligne»? La politique au sens large a perdu beaucoup d’importance dans le titre, c’est aussi sans doute le reflet d’un monde régenté par les géants économiques. Mais un journal, c’est avant tout l’alchimie de l’équipe qui le compose. Elle change constamment, et c’est heureux. C’est aussi la résultante des contraintes financières qui s’exercent – chacun sait qu’elles sont redoutables aujourd’hui.

A quoi sert «Le Temps» aujourd’hui?

La Suisse romande a besoin d’un média qui lui permette d’échanger, de débattre, de comparer les expériences cantonales, et de dialoguer avec le reste du pays. C’est une fonction capitale qui n’a pas changé en vingt ans, et le service public ne peut pas être le seul à l’assumer. Une partie de la force et de l’innovation de ce tout petit coin de terre tient à l’information qui y est produite et échangée. Sans quoi, ce qui nous menace, c’est le désert médiatique des grandes régions françaises: un titre régional et, pour le reste, allez voir plus loin! La presse romande mérite une mobilisation aussi vive que celle dont a bénéficié le service public.

Il y a vingt ans, on ne parlait pas d’Internet. «Le Temps» a-t-il manqué un virage important à un moment donné?

A quel moment? Non, je crois que les titres romands font ce qu’ils peuvent avec les moyens qu’on leur donne. Mais le changement en cours dépasse de loin la forme du véhicule. Fini le temps où le bassin de distribution postale définissait le public. L’espace numérique est au moins celui de la francophonie, la concurrence y est terrible. Comment dans ces conditions définir la place d’un média suisse romand? C’est un défi. L’extraordinaire complexité du monde global impose aussi une réflexion sur ce que l’on raconte: cherche-t-on vraiment à expliquer le monde dans sa diversité ou se satisfait-on d’une vision occidentalo-centrée? C’est un deuxième défi. L’immédiateté de la transmission des informations impose paradoxalement une réflexion sur la plus-value à fournir: faut-il réagir toujours plus vite? C’en est un troisième. Et il y en a au moins dix autres derrière. La tâche est infiniment plus rude qu’il y a vingt ans.

Publicité