Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Eric Stauffer lors d’une séance plénière a l’Hôtel de ville, ce jeudi 25 février 2016 a Genève.
© Martial Trezzini/Keystone

Suisse

Eric Stauffer lance son nouveau parti

Eric Stauffer, le cofondateur du Mouvement citoyens genevois (MCG), qui avait démissionné du parti en 2016, lance «Genève en marche»

La nouvelle formation politique «Genève en marche», que lance Eric Stauffer, compte bien se faire une place lors des élections cantonales de 2018. «C’est un nouveau parti, positif, tourné vers l’avenir; et toute ressemblance avec le mouvement français «En Marche» serait purement fortuite», a déclaré Eric Stauffer dans une interview publiée lundi sur le site de la Tribune de Genève. Le député invite tous les mécontents et les déçus de la politique à rejoindre la formation.

Lire aussi: Eric Stauffer, le retour d’une pièce d’artillerie

Le programme du parti sera celui du MCG des débuts. «Nous défendrons la préférence cantonale, la formation jusqu’à 18 ans, l’opposition à l’adhésion à l’Union européenne telle qu’elle est, le respect des personnes âgées, une production d’énergie non fossile ainsi qu’une économie forte pour un social fort», a précisé M. Stauffer.

La nouvelle formation part maintenant à la recherche de membres et de candidats pour sa liste à l’élection au Grand Conseil au printemps. Selon M. Stauffer, un apparentement «est déjà en cours de discussion avec l’UDC». L’ancien leader du MCG estime également probable qu’il se présentera à l’élection au Conseil d’Etat.

Lire aussi: Le MCG affronte son année de tous les dangers

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a