Eric Stauffer ne pourra plus siéger dans les commissions du parlement cantonal genevois durant cinq mois. Telle est la sanction que le Bureau du Grand Conseil lui a infligée mardi, à la suite de l’incident qui l’a opposé vendredi soir, au cours d’une séance plénière, au député libéral Pierre Weiss. Un simple blâme est décerné à ce dernier.

Lors d’un débat sur le CEVA, le président du MCG avait pointé de possibles conflits d’intérêt dans la députation libérale, rappelle notre journaliste Marc Moulin. Pierre Weiss avait évoqué un verdict du Tribunal administratif défavorable à Eric Stauffer. Ce dernier a alors projeté le contenu d’un verre d’eau contre son adversaire. La punition dont écope Eric Stauffer frôle le maximum prévu par le règlement du Grand Conseil (six mois de suspension).

La décision de l’organe dirigeant du Parlement est jugée «partiale» par Eric Stauffer. Il compte recourir à son encontre,ce qui implique que le plénum devra reprendre le sujet. Il réactive en outre ses menaces d’actionner la justice, menaces proférées dimanche et mises en veille lundi. L’élu MCG poursuivra pour calomnie Pierre Weiss et le radical Jean Romain qu’il accuse d’avoir repris les propos litigieux dimanche à la radio.

De son côté, Pierre Weiss a précisé à l’ATS qu’il entendait se conformer à la décision du bureau quelle qu’elle soit. Selon lui, reste toutefois ouverte la question du dépôt d’une plainte par les députés du PLR contre Eric Stauffer pour calomnie et diffamation en raison des accusations de corruption qu’il a proférées. En outre, Pierre Weiss prépare un projet de loi interdisant à toute personne condamnée sur le plan pénal ou civil de siéger dans un exécutif communal ou cantonal.

Deuxième fois

Les deux protagonistes ont été entendus mardi matin par le bureau du Grand Conseil, présidé par le Vert Pierre Losio. L’organe suprême du législatif rappelle que de tels incidents ne sont pas dignes du parlement et compte sur les députés pour que cela ne se reproduise plus.

Pour la deuxième fois en quelques jours, le bureau a appliqué les nouvelles dispositions pour infraction au règlement entrées en vigueur en avril 2011. Les sanctions disciplinaires vont du blâme à l’exclusion jusqu’à six mois des commissions. Vendredi, le député MCG Henry Rappaz a été exclu pendant quatre mois de trois commissions pour utilisation abusive de son e-mail parlementaire.

Il y a un an, Eric Stauffer et le Vert Roberto Broggini avaient été exclus pendant deux mois de la buvette du Grand Conseil à la suite d’une bagarre. En 2009, le bureau du Grand Conseil avait enjoint le député MCG à ne pas venir armé au parlement après avoir appris que, se sentant menacé par la pègre marseillaise, il avait obtenu un permis de port d’armes.