Le chef du BLS, Bernard Guillelmon, a démissionné, a annoncé vendredi la compagnie ferroviaire. Il tire les conséquences du rapport d’un audit du Contrôle fédéral des finances (CDF) publié jeudi.

Lire aussi: BLS va rembourser 43 millions reçus en trop

Dans le cadre de son audit de la comptabilité par secteurs, le CDF a découvert des erreurs dans le calcul des indemnités de l’ordre de quelques millions de francs. Le BLS doit faire preuve de plus de transparence, et améliorer sa comptabilité «trop complexe», pour éviter de telles erreurs.

En février dernier, BLS avait annoncé que la vente d’abonnements demi-tarif au sein de la communauté tarifaire Libero (qui couvre le canton de Berne et la région de Soleure) n’avait pas été incluse dans le budget pendant plusieurs années. La compagnie avait ainsi perçu des indemnités trop élevées de la Confédération et des cantons pour le trafic régional des voyageurs (TRV), peut-on lire dans le communiqué de BLS.

La compagnie souligne que les fonds sont restés dans le domaine des transports publics. «Toutes les recettes ont été inscrites correctement dans les comptes annuels, aucun dividende n’a été versé et aucun enrichissement personnel n’a eu lieu», affirme BLS.

L’entreprise dit aussi avoir déjà pris des mesures d’amélioration. Elle cite la révision complète du processus d’offre TRV, la refonte des processus de contrôle ainsi que l’introduction de «systèmes informatiques adéquats».

Dirk Stahl nommé ad intérim

Pour Bernard Guillelmon, la publication du rapport du CDF signifie que le moment est venu de «placer la mise en œuvre entre de nouvelles mains», relève le communiqué. A partir de novembre 2020, le patron de BLS Cargo, Dirk Stahl, dirigera l’entreprise en tant que PDG par intérim.

Le rapport du CDF fait également réagir le canton de Berne. Celui-ci indique vendredi dans un communiqué qu’il demandera «une analyse externe au sujet de la procédure de commande de BLS». Celle-ci doit «passer au crible les processus de BLS et la coopération entre les différents acteurs dans les procédures de commande et de planification, et mettre en évidence des simplifications possibles».