Conjuguer culture générale, marche et grand air dans un cadre idyllique: voilà le tour de force réussi en ce début d'été par les élèves de la classe 2MG7 du lycée neuchâtelois Denis de Rougemont. Au départ de Couvet, dans le Val-de-Travers, ils ont imaginé et réalisé un chemin didactique mêlant science, histoire et nature. Projet qui leur a permis de rafler le prix du «Mérite citoyen UBS 2003». «L'objectif principal est d'attirer les classes pour des courses d'école ou des journées hors cadre, confie Philippe Robert, directeur du lycée. Mais les expériences et les thèmes proposés peuvent intéresser un plus large public. D'autant que le parcours se termine à la glacière de Monlési, un site géomorphologique exceptionnel.»

Avec son intitulé («Denis de Rougemont: de l'humanisme à la physique, un chemin vers l'Europe»), on imaginait se lancer dans un périple offrant un regard sur la construction européenne. Il n'en est rien. L'ouverture sur le Vieux Continent reste purement symbolique: depuis la maison natale de Denis de Rougemont, point de départ de l'excursion, le promeneur n'a en effet de cesse de se rapprocher de la frontière française, située quelques kilomètres plus au nord.

Dès les premiers hectomètres, le chemin forestier s'élève, laissant au marcheur le loisir de méditer sur une loi physique d'une rare évidence: marcher à la montée, ça use, physiquement et moralement. Les pieds, les cuisses, la nuque, aucune partie du corps n'est épargnée. C'est donc avec le cœur battant la chamade qu'on prend connaissance des premiers postes. L'occasion d'une pause bienvenue pour découvrir – ou redécouvrir – Young, Torricelli, Pascal, Bernoulli, Newton et les expériences qui les ont rendus célèbres. Illusions d'optique, hydrostatique ou dispersion et recomposition de la lumière, on s'évade, entouré de sapins, de gentianes et de murets de pierre sèche.

Après quelque 90 minutes de marche et 300 mètres de dénivellation, le relief devient enfin plus amical. Situé sur le plateau des Sagnettes, qui sépare le Val-de-Travers de la vallée de la Brévine, le sixième poste présente Galilée et sa loi portant sur la chute des corps. Battant en brèche la théorie d'Aristote, qui avançait que la vitesse des objets en chute libre est proportionnelle à leur poids, le savant italien a révolutionné la physique. Et ce grâce à une démonstration étourdissante de simplicité: imaginez une petite pierre et une grosse reliées par une ficelle. En suivant Aristote, la grosse pierre devrait être ralentie dans sa chute par la petite qui, a priori, tombe moins vite. Dans cette logique, le duo ficelé tombe moins rapidement que la grosse pierre toute seule. Or, le couple petite pierre/grosse pierre est plus lourd que la grosse pierre et devrait donc tomber plus vite, ce qui est en contradiction avec ce que l'on a écrit plus haut. Vous avez suivi?

Après avoir laissé Galilée derrière soi, le sentier s'élève à nouveau. Mais rien de terrible cette fois. Rapidement, on retrouve la plane quiétude des pâturages, bercée par le tintement des cloches des vaches. L'occasion de rêver et d'avoir une pensée pour Denis de Rougemont. L'«homo europeanus», comme l'appelait Saint-John Perse, aurait sans nul doute apprécié parcourir le chemin didactique qui porte son nom. Très jeune, le Covasson – décédé en 1985 à Genève – a en effet fustigé le conformisme scolaire et le recours systématique et anti-constructif aux manuels en vigueur au début du XXe siècle. Il appelait de ses vœux une école plus souple, qui donne à la société des hommes libres, imaginatifs et inventifs.

Après une halte au poste 7, qui décrypte le bleu du ciel, la promenade se termine à la glacière de Monlési (Le Temps du 24 décembre 2001). Au milieu d'un pâturage, entouré d'arbres, un gouffre d'une vingtaine de mètres de diamètre interpelle le regard. Au fond, une lentille de glace souterraine de dix mille mètres cubes rafraîchit l'atmosphère de plusieurs degrés. Les plus courageux se muniront d'une lampe torche pour visiter la salle principale. Les autres prendront un moment pour admirer la beauté exceptionnelle du site. Avant de reprendre la route et d'entamer la longue descente jusqu'à Couvet.

Lundi prochain, le troisième volet de notre série «Escapades estivales» sera consacré aux monuments religieux.