L'essentiel

Au total, plus de 3 millions de morts du Covid-19 ont été recensés, selon ce comptage réalisé à partir de bilans fournis par les autorités de santé, soit déjà bien plus que la plupart des épidémies virales des XXe et XXIe siècles, aux exceptions notables de la terrible «grippe espagnole» et du sida.

Après une légère accalmie en mars, le nombre de décès quotidiens est de nouveau en hausse, avec en moyenne plus de 12 000 morts par jour la semaine passée dans le monde, approchant des 14 500 décès quotidiens recensés fin janvier, au plus haut de l’épidémie.

La hausse des décès est extrêmement rapide en Inde, confrontée à une troisième vague virulente. Plus de 1000 décès quotidiens sont recensés dans ce pays, soit neuf fois plus que début mars. La course à la vaccination, très inégale selon les pays, a atteint au niveau mondial près de 863 millions de doses injectées.

En Europe, la valse-hésitation entre restrictions pour freiner la propagation et assouplissements pour soutenir l’économie bat son plein. La France va instaurer une quarantaine obligatoire de dix jours pour les voyageurs en provenance du Brésil, d’Argentine, du Chili et d’Afrique du Sud, face à l’inquiétude sur les variants du Covid-19. Cette mesure sera pleinement en vigueur samedi 24 avril.

Plusieurs pays ont, eux, annoncé des assouplissements. Le Danemark va ainsi accélérer sa réouverture dès le 21 avril, avec des spectateurs dans les stades et des clients au restaurant. L’Italie devrait amorcer la réouverture des restaurants et des établissements scolaires à partir du lundi 26 avril.

Retrouvez notre suivi de la journée du samedi


■  L'Allemagne rend un hommage national aux morts et exhorte à l'unité

L'Allemagne honore dimanche la mémoire de ses quelque 80.000 concitoyens emportés par le Covid-19 lors d'une cérémonie destinée aussi à faire acte de solidarité envers les familles des victimes mortes dans la solitude à cause du virus.

■ En Israël, les masques tombent à l'extérieur

Depuis un an, les Israéliens marchaient dans les rues visages barrés de masques sanitaires. Dimanche, ces derniers sont tombés à l'extérieur, une première «victoire» contre le coronavirus dans le pays. A l'intérieur, ceux-ci sont cependant toujours obligatoires.

Le ministre israélien de la Santé, Yuli Edelstein, a annoncé jeudi soir, en marge des célébrations de l'indépendance du pays, la levée de l'obligation de porter le masque dans les lieux publics extérieurs à la faveur d'une intense campagne de vaccination. Celle-ci a été permise grâce à un accord entre l'Etat hébreu et le géant pharmaceutique allemand Pfizer.

En échange d'un accès rapide à des millions de doses du vaccin, Israël, qui dispose des données médicales digitalisées de l'ensemble de sa population, a fourni à Pfizer des données réelles sur l'effet de la vaccination. Des chercheurs ont qualifié cette campagne de vaccination de «plus grande phase 4 au monde» après les trois séries de tests cliniques réalisées sur des échantillons humains contrôlés.

■ Alain Berset souhaite autoriser les manifestations jusqu'à mille personnes à partir du mois de juillet

Le ministre de la santé Alain Berset souhaite autoriser les manifestations jusqu'à mille personnes à partir du mois de juillet, rapporte le SonntagsBlick. Selon le journal, le Département de l'intérieur veut soumettre mercredi au Conseil fédéral un concept d'ouverture pour les grandes manifestations. Les cantons seront ensuite consultés. Selon une première ébauche, les événements réunissant jusqu'à mille personnes seraient possibles de début juillet à fin août. La jauge serait ensuite portée à 5000 personnes début septembre. Cependant, la planification concrète dépend de l'évolution de la pandémie.

■ Une majorité des Suisses favorable aux privilèges pour les vaccinés

Près de la moitié des Suisses sont en faveur d'un traitement spécial pour les personnes possédant un passeport Covid, selon un sondage Comparis réalisé en avril. En novembre dernier, 59% de la population était opposée à de tels privilèges.

Seules 44% des personnes interrogées dans le cadre du sondage mené en avril auprès de 1043 personnes dans toutes les régions de Suisse étaient opposées au traitement préférentiel des personnes disposant d'un tel document.

L'opposition aux privilèges pour les personnes vaccinées, guéries ou testées négatives a donc sensiblement diminué par rapport à novembre, constate Comparis. Les partisans d'un tel système de privilèges mentionnent des raisons économiques, ainsi que le fait que les efforts en matière de dépistage et de vaccination doivent être récompensés.

■ En France, un professeur covid-sceptique incarcéré pour des essais thérapeutiques sauvages

Le professeur Fourtillan, intervenant en France d'un documentaire controversé sur le Covid, et poursuivi dans une enquête pour des essais thérapeutiques illégaux, a été incarcéré samedi avant une audience prochaine sur sa détention. Ce professeur de pharmacie de 77 ans, figure de la sphère covid-sceptique et anti-vaccin, avait été interpellé jeudi dans un hôtel du centre du pays en vertu d'un mandat d'arrêt.

Les essais étaient organisés par le professeur dans une abbaye catholique près de Poitiers sur plus de 350 malades, dans le cadre de sa structure, le Fonds Josefa, vice-présidée par le Pr Henri Joyeux, lui aussi contesté par la communauté médicale notamment pour ses positions anti-vaccins. Les deux hommes sont mis en examen dans cette enquête, ouverte après une dénonciation des faits en septembre 2019 par l'Agence du médicament (ANSM).

■ Réapparition du pape

Le pape François est réapparu dimanche à la fenêtre du Palais apostolique donnant sur la place Saint-Pierre pour prononcer en public sa traditionnelle prière hebdomadaire, qui depuis le 21 mars était retransmise depuis sa bibliothèque à cause des restrictions anti-Covid. La dernière prière dominicale prononcée en public par le pape remontait au 14 mars.

Lire aussi: «Hold-up», un coup de force complotiste