En France, la publication du rapport de la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise catholique (Ciase) a provoqué une détonation. Il y a eu d’abord le choc du constat: le rapport Sauvé estime à 330 000 le nombre de victimes d’agressions et de viols, de la part de clercs, de religieux ou de laïcs travaillant dans les institutions de l’Eglise catholique depuis 1950. Puis l’indignation. Et, enfin, les promesses de changement: la semaine dernière, la conférence des évêques de France (CEF) s’engageait à reconnaître et indemniser les victimes, ainsi qu’à réformer la gouvernance de ses diocèses.