La conseillère fédérale aux Finances Eveline Widmer-Schlumpf a annoncé ce mercredi son retrait du gouvernement. Elle ne se représentera pas lors de l’élection du Conseil fédéral, le 9 décembre. Cette décision était devenue attendue, après le piètre résultat du PBD, le parti de la ministre aux élections fédérales du 18 octobre.

Le week-end dernier, le président du PDC Christophe Darbelay a lui-même lâché le PBD, estimant «légitime» que l’UDC retrouve un deuxième fauteuil. Eveline Widmer-Schlumpf a siégé au Conseil fédéral depuis 2007, d’abord au Département de justice et police, puis aux Finances, où, en particulier, elle a dû négocier la fin du secret bancaire historique sous pression des Etats-Unis et de l’OCDE.

D’abord… la fiscalité écologique

Durant sa conférence de presse la ministre a commencé par parler de… fiscalité écologique, un thème abordé par le collègue ce mercredi. Et qu’elle a souvent mis en avant, non sans quelques désaccords avec Doris Leuthard. A ses yeux, «le Conseil fédéral a rempli sa mission» à ce sujet – il s’agit en fait d’un compromis en matière de taxation de l’énergie.

Un départ en fin d’année

Puis elle a indiqué: «Il y a sans doute une question qui vous intéresse davantage... Je ne décide pas seul, mais avec ma famille et mes amis. J’ai informé le président de l’Assemblée fédérale Stéphane Rossini et mes collègues du Conseil fédéral que je quitterais le Conseil fédéral en fin d’année. J’ai aussi informé les représentants des partis du centre.» Et le PBD n’a pas tardé à gazouiller son hommage. Elle a d’ailleurs suggéré que son retrait peut constituer «une chance» pour son parti, qui deviendrait davantage que «le parti d’Eveline Widmer-Schlumpf». En somme, elle juge que le PBD pourra enfin faire de la politique sans qu’il soit toujours ramené par les médias à sa conseillère fédérale.

Les élections «n’ont pas été déterminantes»

«Le moment est venu pour moi de rendre ma décision publique», a-t-elle lancé, signalant que «ma cheffe de communication, qui est mon amie, connaît ma décision depuis pas mal de temps». Elle a assuré que «le résultat des élections fédérales n’a pas été déterminant. C’est un élément qui compte, mais j’ai entamé la discussion avec ma famille et mes amis avant les élections.» Elle a cependant précisé qu’elle a pris sa décision définitive «le lundi qui a suivi les élections»; «Ces derniers jours, j’ai reçu des centaines de courriers de citoyennes et de citoyens. Cela fait plaisir de recevoir de tels messages. J’ai des années intenses derrière moi. Et j’estime que le Conseil fédéral actuel fonctionne admirablement bien.»

Elle a conclu: «Il faut arrêter quand cela procure encore du plaisir. Il y a d’autres choses que j’ai envies de faire et que j’ai dû laisser de côté ces huit dernières années.»