Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Bundesraetin Eveline Widmer-Schlumpf lanciert im Namen des Bundesrats den Abstimmungskampf zur Volksinitiative "Heiratsstrafe" am Dienstag, 17. November 2015 in Bern. (KEYSTONE/Lukas Lehmann)

Prévoyance

Eveline Widmer-Schlumpf prône le «oui» à la prévoyance 2020

L'ex-conseillère fédérale soutient la réforme d'Alain Berset en tant que présidente de Pro Senectute, mais aussi en tant que citoyenne. Pour elle, remettre en question la question des 70 francs de hausse de l'AVS, c'est remettre tout le système des trois piliers en question

Dans une interview accordée au Matin Dimanche, l'ancienne conseillère fédérale et ex-patronne des Finances Eveline Widmer-Schlumpf apporte un soutien de poids à la réforme des retraites Prévoyance vieillesse 2020. «Nous avons là un projet équilibré», déclare-t-elle au journal dominical.

Retrouvez tous nos articles sur la réforme des retraites.

Ce n'est pas la première fois que l'ex-conseillère fédérale intervient dans une campagne électorale. Elle s'était déjà distinguée en début d'année en dénonçant le projet de réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) qu'elle avait elle-même élaborée, mais qu'elle avait jugé dénaturé par le Parlement. A ses yeux, il est important, aujourd'hui, de «pouvoir compter sur une prévoyance vieillesse stable et prévisible». Pour elle, c'est grâce à la réforme Berset que «le financement des rentes est garanti».

La Grisonne refuse l'argument de certains membres du Parti libéral-radical, dont le conseiller national genevois Christian Lüscher, selon lequel les 70 francs de hausse de l'AVS profiteront aussi à des riches alors qu'ils n'en ont pas besoin. «Tout notre système est basé sur le fait qu'un petit nombre de personnes paient beaucoup pour le financement de l'AVS, mais que tout le monde reçoit quelque chose en retour.» Poser ainsi le problème, relève Eveline Widmer-Schlumpf, c'est remettre en question toute notre politique des trois piliers." L'ancienne cheffe du Département des finances ajoute: «Les jeunes vont (...) grandement profiter de cette réforme.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a