Evi Allemann sait exactement où elle veut aller: au sommet de la politique. Sa carrière suit une ligne rectiligne, sans anicroche, sans éclat non plus. A 20 ans, elle est élue au Grand Conseil bernois et quatre ans plus tard, elle rejoint le Conseil national. Sous la Coupole, la juriste siégera quinze ans. Sans être une star du parlement, son avis comptera en matière de sécurité et de transports. Le pragmatisme et le réalisme chevillés au corps lui permettent de trouver des compromis et d’être parfois plus appréciée dans les autres partis que dans le sien. «Les coups d’éclat, ce n’est pas mon style, je suis toujours à la recherche de ce qui rassemble, pas de ce qui divise», explique-t-elle assise dans son confortable bureau de conseillère d’Etat situé en face de la cathédrale de Berne.