C’est l’Université de Neuchâtel (UniNE) qui a ouvert le bal, sans que l’on sache encore si elle sera suivie par d’autres. A deux jours des premiers examens de sciences économiques, son rectorat revoit ses plans et instaure le distanciel pour la session d’hiver. «Il s’agit d’une solution qui garantit que chaque étudiante et chaque étudiant pourra se présenter sans mettre en danger sa santé ni celle de ses proches, tout en supprimant le risque de devoir renoncer pour cause de quarantaine», précise la communication de l’Université adressée à ses étudiants. En toile de fond, l’UniNE veut ainsi éviter que des heures de révisions ne se voient réduites à néant par un absentéisme trop important.