C’est le dernier acte pénal de cette drôle d’affaire impliquant une brigade mythique de la police genevoise que les nostalgiques appellent encore la task force drogue. Pour avoir laissé filer un assez gros dealer dans l’idée de s’en servir comme informateur avant de rattraper le coup in extremis et de rédiger un rapport tronqué, un chef de groupe est reconnu coupable d’entrave à l’action pénale et de faux dans les titres. L’intéressé a accepté sa condamnation à 10 mois de prison avec sursis, peine négociée dans le cadre d’une procédure simplifiée et validée ce vendredi par le tribunal.