L’information a été solennellement communiquée à la tribune du parlement jurassien par le président du gouvernement, Charles Julliard: les deux frères ouïgours, ex-détenus de Guantanamo, sont arrivés dans le Jura mardi matin. «Les choses se passent bien. Nous espérons leur assurer le calme nécessaire à leur acclimatation. Ils ont été pris en charge par les services d’accueil des réfugiés.» Les deux frères s’acclimatent très bien à leur nouvelle vie, a ajouté le ministre, qui s’est personnellement beaucoup investi dans ce dossier. Les députés ont applaudi.

Dans un communiqué, le Département fédéral de justice et police a de son côté précisé que le transfert des deux hommes avait été organisé en collaboration avec les autorités américaines.

L’accueil des Ouïgours à Delémont fait suite à la décision du Conseil fédéral d’honorer son offre faite aux Etats-Unis de prendre en charge quelques ex-détenus de Guantanamo. La décision d’héberger des Ouïgours a pourtant été difficile à prendre, car elle fâche la Chine. Le Jura n’a pas lâché prise dans son offre d’accueil, la justifiant par sa tradition humanitaire.

La Confédération prend à sa charge tous les frais liés à leur séjour jusqu’à leur indépendance financière. Elle rappelle que Bahtiyar et Arkin Mahnut, les deux frères ouïgours de 33 et 45 ans ont été retenus pendant plus de huit ans à Guantanamo sans avoir été accusés, ni condamnés par les autorités américaines.

Les deux frères ont été pris en charge par les services d’accueil des réfugiés. Pour le moment, les autorités jurassiennes n’entendent pas donner plus informations sur les nouveaux venus et le lieu où ils sont hébergés. Charles Juillard, qui ne les a pas encore rencontrés personnellement, a toutefois précisé qu’ils étaient en bonne santé.

Offre d’accueil

Titulaires d’un permis B, les deux frères peuvent se déplacer librement en Suisse mais auront besoin d’un visa Schengen pour quitter le pays. Ils se sont engagés à apprendre le français pour réussir leur intégration. Ils entendent aussi exercer une activité professionnelle afin de subvenir eux-mêmes à leurs besoins.

Ire de la Chine

Le Jura a maintenu son offre d’accueil malgré le mécontentement affiché par la Chine qui considère ces deux Ouïgours comme une menace pour sa sécurité. C’est le Conseil fédéral qui a en dernier lieu tranché sur ce dossier et donné suite à l’offre formulée par le Jura.

Pour prendre sa décision, le gouvernement jurassien avait procédé à une pesée d’intérêts politiques, diplomatiques et économiques. Mais ce sont les considérations humanitaires qui l’ont emporté. Ce dossier aura permis au canton du Jura de se profiler sur la scène nationale et internationale et de gagner ainsi en visibilité.

Au total, la Suisse accueille trois ex-détenus de Guantanamo. Outre les deux Ouïgours, un ressortissant ouzbek est arrivé dans le canton de Genève en début d’année.