Le ministre de la Défense, Samuel Schmid, a consacré la quasi totalité de son intervention, mardi face à la presse, à justifier l'absence de deux avions de transport de troupes espagnols (Casa C-295M) dans le programme d'armement 2001. Budgétisés à 120 millions de francs, ces appareils étaient destinés à des engagements extérieurs. Samuel Schmid a ainsi invoqué le résultat serré, le 10 juin, de la votation sur l'envoi de soldats à l'étranger. Il a dit préférer attendre la fin des travaux de la réforme Armée XXI avant d'envisager l'achat ou non de tels avions. Il a affirmé que le degré d'engagement actuel de l'armée suisse à l'étranger ne justifiait pas une telle acquisition. Il a indiqué que cela pourrait changer si la réforme de la défense nationale donnait lieu à la création d'une unité spéciale appelée à intervenir à l'étranger. Enfin, Samuel Schmid a souligné que le retrait des deux avions de transport de troupes du programme 2001 participait d'un effort d'économies. En coulisses, le ministre a ajouté que l'avion écarté hier pourrait réapparaître dans le programme 2002, sous la forme d'un appareil italien (Le Temps du 3 juillet).

Le programme 2001 (980 millions de francs) comprend:

- Un complément pour les F/A-18 (220 millions), soit: un système d'identification ami-ennemi, Un système d'affichage des cartes, une liaison Datalink entre l'avion et le système radar Florako;

- Un nouveau missile sol-air, Mark 2 (293 millions);

- Des obus d'artillerie à fragmentation, dit «intelligents» (168 millions);

- 25 chars de dépannage pour les formations blindées (166 millions);

-des nouveaux simulateurs de conduite pour les chars et les obusiers blindés (53 millions);

- 8 systèmes électroniques mobiles pour la surveillance d'ouvrages (80 millions).

Quelque 800 millions sur les 980 reviendront à l'économie suisse.