C'est une tradition du système politique suisse. Depuis la création de la Confédération, les autorités politiques se sont toujours entourées d'experts externes à l'administration et au parlement pour travailler sur les dossiers politiques.

Avant, après, pendant un processus législatif, des membres de la société civile recherchent, mandatent, étudient, décident, conseillent, prennent position sur divers objets. D'autres commissions ont été constituées pour veiller à l'application de certains articles de la Constitution, l'égalité entre les sexes par exemple. Certaines gèrent aussi un fonds et des archives, d'autres encore exercent une fonction représentative ou de surveillance, dans le domaine de l'art par exemple.

Il existe des commissions nommées pour une période restreinte, d'autres le sont pour une durée indéterminée. Au total, plus de 2300 personnes appartiennent aujourd'hui aux 202 commissions extraparlementaires, dont une cinquantaine de députés fédéraux. Les commissions se divisent en deux catégories: les commissions à pouvoir décisionnel qui ont la compétence, comme leur nom l'indique, de prendre des décisions, par exemple la Commission fédérale des banques, et les commissions consultatives qui n'ont pas ce pouvoir.