«Pas question de jouer avec la vie des personnes. Les constructions d'Expo.01 seront contrôlées de manière à résister aux risques naturels les plus extrêmes que l'on connaisse aujourd'hui». Raoul Rimet, président du groupe «Management risques et sécurité» d'Expo.01 ne se démonte pas après les violents orages de grêle qui ont provoqué des dégâts par dizaines de millions. Le cas a été prévu, entre autres impondérables que devra affronter la grande manifestation nationale.

Grêlons gros comme des œufs, vent emportant le toit d'une fromagerie aux Ponts-de-Martel, trombes d'eau: le déluge de lundi soir s'est abattu en grande partie sur le territoire où se tiendra Expo.01 Ce n'est pas la première alerte cette année. Début mai, un coup de Joran d'une violence inhabituelle déracinait des arbres de belle taille sur la rive du lac de Neuchâtel.

L'Expo.01 est-elle prête à vivre semblables perturbations? En tout cas, elle les anticipe sérieusement à travers deux mandataires, Securitas et le courtier en assurances Gras Savoye, qui ont créé pour cela la société Emeresse (Management Risque Sécurité). Employant sept personnes plus des consultants extérieurs, son cahier des charges va des risques financiers à ceux découlant d'un non-respect des délais par un des contractants, en passant par la sécurité des visiteurs et l'informatique.

Les pavillons de l'Expo, conformes aux normes SIA, devront être capables de supporter coups de vent, orages de grêle, foudre et même… une couche de neige d'une certaine épaisseur. «La plupart seront construits en hiver», explique Raoul Rimet. Le risque principal se situe à Neuchâtel, en raison d'un couloir de vent descendant du Jura. A Yverdon, les fameux «nuages» en toile, assez exposés aussi, font encore l'objet de vérifications. Au contrôle interne d'Expo.01, effectué par un ingénieur indépendant spécialisé en sinistres naturels, s'ajoutera celui des autorités cantonales.

«Il restera toujours un risque résiduel», commente Raoul Rimet, moins inquiet pour les grandes constructions de l'exposition que pour celles des «marchands du temple» qui viendront se greffer dessus dans les derniers mois. Pour couronner les mesures de sécurité, une cellule météorologique fonctionnera dans la centrale d'engagement d'Expo.01 à Colombier et pourrait, en cas de déchaînement prévisible et exceptionnel des éléments, décider d'évacuer préventivement les arteplages.