Matériel de guerre

Les exportations d’armes suisses explosent

Au 30 septembre, l’industrie militaire helvétique affiche des chiffres record. Parmi les destinataires: l’Arabie saoudite, la Turquie ou le Koweït

Depuis le premier janvier, les entreprises suisses du secteur de l’armement ont exporté pour près d’un demi-milliard de francs (496 millions). Discrètement annoncé dans de nouvelles statistiques publiées ce mardi par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco), le montant révèle la santé éclatante de la branche, dont les ventes ont grimpé de 60% par rapport aux trois premiers trimestres de l’année dernière (299 millions). La présence de plusieurs dictatures parmi les destinataires n’a pas manqué de susciter l’ire des opposants au commerce d’armes.

«Des fluctuations naturelles»

En neuf mois, la Suisse a exporté davantage de matériel de guerre en 2019 qu’elle ne l’avait fait lors des années 2015, 2016 ou 2017. Parmi les 66 pays bénéficiaires, les plus grands acheteurs sont le Danemark (107 millions), l’Allemagne (83 millions), le Bangladesh (54 millions), la Roumanie (34 millions), les Etats-Unis (27 millions) et le Botswana (22 millions). Les meilleures exportations ont été réalisées dans le secteur des véhicules militaires et dans celui des munitions, dont la vente a généré à eux seuls plus de 300 millions de francs.