Campagne 2019

Les extraterrestres des élections fédérales

Le PLR, l’UDC, les Verts… ils n’en font pas partie. De Genève à Berne, par défiance ou par défaut, des indépendants expliquent pourquoi ils font cavalier seul

Le Palais fédéral, forteresse imprenable. Pour y siéger un jour, il faut distribuer des tracts aux aurores, parrainer des associations, serrer des mains et parfois assister au bal de la société de gym locale le samedi soir. C’est un travail de tous les instants. Heureusement, le parti est là. Pour s’occuper de la communication (avec plus ou moins de succès), pour organiser des événements, pour donner des conseils, bref, pour prêter une épaule réconfortante à ses poulains en quête du trône. Certains, pourtant, décident de s’en passer: les indépendants. Cavaliers solitaires face aux grosses machines partisanes, quelles sont leurs motivations?

Lire également: Elections fédérales: la vague verte se confirme