Les autorités suisses devraient s’y préparer: la facture d’un avion de chasse n’est pas que financière. La preuve? Lorsqu’il décide d’acquérir, en octobre 2018, 34 chasseurs F-35 pour la somme de 3,8 milliards d’euros, le gouvernement belge raisonne surtout en termes militaires et industriels. Côté militaire, la participation du plat pays à l’Alliance Atlantique, et la surenchère de l’administration Trump pour obtenir l’achat d’équipements de défense made in USA sont, à l’époque, des arguments massue dans le remplacement des F-16 acquis en deux temps: 1976 et 1983.

Lire aussi: La piste se dégage pour le F-35 mais il n’a pas encore atterri