Sauf retournement de situation, le peuple ne votera pas sur l’avion de chasse F-35A avant la signature du contrat d’achat. Selon la ministre de la Défense Viola Amherd et ses services, le calendrier demandé par les opposants n’est «pas réalisable». Il ne permet pas au Conseil fédéral de délivrer son message au parlement sur l’initiative populaire anti-F-35 suffisamment tôt. Le «devoir de diligence ne serait pas respecté». Conséquence, le scrutin ne pourra pas se tenir avant le 31 mars 2023, date butoir prévue pour parapher le contrat. Le gouvernement n’annonce son message que d’ici à la session d’hiver, qui débute fin novembre. Résultat, l’entier du processus se décale. Et le vote n’aura pas lieu «à temps». Pour ce faire, le Conseil fédéral aurait dû rendre son message ces jours, et décider le 9 novembre au plus tard de fixer la votation populaire le 12 mars 2023.