C’est Fabio Regazzi que la Chambre de l’Union suisse des arts et métiers (USAM) proposera comme président au congrès des délégués ce 29 avril. C’est ce qu’a annoncé ce mercredi la faîtière des PME après avoir rencontré les deux papables; le Tessinois et la Thurgovienne UDC Diana Gutjahr. Lorsque nous avons rencontré le conseiller national PDC dans ses bureaux à Gordola (Locarno), il s’apprêtait à se faire auditionner le lendemain par la direction de l’USAM, comme candidat à la succession du Fribourgeois Jean-François Rime.

«La voix des entrepreneurs»

Comment se sent-il? «A mon âge, et avec mon bagage, disons que je ne suis pas épouvanté», sourit-il. Mais il se prépare sérieusement, assure-t-il, «la présidence de l’USAM représente une charge importante». Qu’est-ce qui le motive à briguer ce poste? «J’estime fondamental d’amener la voix des entrepreneurs à la politique. Celle-ci est sous-représentée dans les grands cénacles, alors que les PME sont l’épine dorsale de notre économie.»