Les uns jubilent, les autres sont aux abonnés absents. Trois jours après l’accord historique passé entre l’UE et le Royaume-Uni pour entériner la procédure de divorce, les opposants à l’accord institutionnel ont occupé tout le terrain, tandis que ses partisans sont restés très discrets. Quant au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) d’Ignazio Cassis, il a préféré jouer les autruches, ne daignant même pas réagir.

Lire aussi: Les quatre ans de chaos du Brexit, une leçon pour l’Europe et la Suisse