Les principales informations

L'Office fédéral de la Santé publique (OFSP) a appelé samedi les Suisses à ne pas surcharger les hôpitaux en allant consulter pour une simple toux ou un rhume.

L'armée suisse a indiqué qu'elle se prépare à fournir une aide logistique et sanitaire aux autorités civiles.

Après les mesures annoncées par le Conseil fédéral vendredi interdisant tout rassemblement de plus de 1000 personnes, certains cantons durcissent leurs directives, à l'instar de celui de Berne.

Les annulations de manifestations se multiplient. Dernière en date: le carnaval de Moutier qui devait se tenir ce samedi. Notre tableau de bord en fournit la liste.

A l'étranger, la France opte elle aussi pour des mesures restrictives. Les autorités annoncent l'interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné.

Les décès se multiplient notamment en Corée du Sud et en Iran.

Retrouvez nos principaux articles sur le virus


Les autorités suisses appellent à «l'autodiscipline»

Le responsable de la division Maladies transmissibles de l'OFSP a demandé samedi aux personnes légèrement malades - à l'exclusion des personnes âgées ou souffrant de maladie chronique - de ne pas surcharger le système de santé en se précipitant à l'hôpital durant le week-end.

Au vu du développement de la situation épidémiologique en Italie, il faut se préparer à l'apparition de nouveaux cas en Suisse d'ici une semaine, selon Daniel Koch. «Nous devons préserver nos ressources pour nous concentrer sur les cas les plus graves. Par conséquent, les cas légers doivent faire preuve d'autodiscipline. Si vous toussez ou si vous avez le rhume, ne courez pas à l'hôpital ce week-end pour ne pas surcharger le système», a-t-il expliqué.

Le but: permettre aux soignants de s'occuper en priorité des personnes âgées et des malades chroniques qui sont les plus menacées par le coronavirus. Le responsable de la division Maladies transmissibles a ajouté que les cas concernant des personnes plus jeunes sont en majorité bénins. Les enfants sont, quant à eux, presqu'entièrement épargnés. 

«C'est aussi pour cela que nous ne préconisons pas la fermeture des écoles, car beaucoup de grands-parents seraient alors sollicités pour garder les enfants, a précisé Daniel Koch. Or, nous devons à tout prix éviter le mélange entre générations.»

Autre raison, selon lui, d'éviter les consultations intempestives: les capacités de dépistage ont monté en puissance «mais il ne faut pas épuiser le personnel de ces laboratoires en les sollicitant à l'excès».

Pour l'heure, la Suisse compte dix-huit cas de contamination au Covid-19 confirmés. Quatre autres patients ont reçu un premier résultat positif qui doit encore être confirmé par une seconde analyse.


Des cantons plus stricts

Le canton de Berne et la ville de Coire ont durci vendredi soir les mesures décidées en matinée par le Conseil fédéral. Des manifestations accueillant moins de 1000 personnes peuvent aussi être interdites, notamment si les organisateurs ne sont pas en mesure de respecter des conditions supplémentaires fixées par le canton de Berne.

Ainsi l'organe cantonal bernois de conduite impose aux organisateurs de pouvoir prouver qu'aucun participant n'est revenu d'une région touchée par le Covid-19 au cours des 14 derniers jours et qu'il connaît l'identité de chaque participant afin de pouvoir retracer leurs contacts le cas échéant.

A Coire également, des mesures plus strictes ont été prises. Tout rassemblement comprenant plus de 50 individus est interdit, sauf exceptions. Là aussi, le but est de pouvoir retracer autant que possible le parcours des participants en cas d'infection. Cela fait peu de sens d'autoriser une manifestation réunissant 800 personnes, même si ce nombre est inférieur à 1000, écrivent les autorités de Coire dans un communiqué publié en accord avec le canton.


L'armée suisse se tient prête

Le Département de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a annoncé samedi être prêt à fournir une aide dans la gestion de l'épidémie. Dans son communiqué, le DDPS indique que «l’armée se prépare en particulier à de possibles engagements en faveur des autorités civiles, notamment pour effectuer du screening dans les aéroports, des transports, des tâches de désinfection et des soins médicaux de niveau élémentaire.»


Un premier cas dans le canton de Berne

Un premier cas d’infection au coronavirus (COVID-19) a été décelé dans le canton de Berne, à Bienne. La femme malade est hospitalisée et placée en isolement. Son état de santé est bon, selon les autorités. Il s’agit d’une femme de 21 ans revenue d’un voyage à Milan il y a une semaine.

Jusqu'ici, treize personnes ont été testées positives dans dix cantons, a indiqué à Keystone-ATS un porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). En Suisse romande, après Genève et Vaud, le Valais a lui aussi annoncé avoir décelé un premier cas vendredi soir.


De nouveaux cas à Genève et dans les Grisons

Avec deux nouveaux cas confirmés samedi à la mi-journée, le canton de Genève compte désormais cinq cas de contamination au coronavirus. Tous les patients sont hospitalisés, mais leur état de santé n'est pas préoccupant.

Quatre des patients résident dans le canton, tandis que le cinquième vit dans le département français de l'Ain, a indiqué à Keystone-ATS la cellule ORCA - le dispositif cantonal d'organisation en cas de catastrophe et de situation exceptionnelle - confirmant une information de 20 Minutes en ligne. Tous sont passés par l'Italie et ont respecté le protocole qui consiste à appeler son médecin, voire le 144, mais à ne pas se rendre aux urgences ou dans une permanence médicale.

Le canton des Grisons a quant à lui annoncé quatre nouveaux cas. Il s'agit d'individus ayant été en contact avec deux enfants issus d'une famille italienne et qui avaient déjà été identifiés comme porteurs du virus. Les autorités précisent que l'état de santé de ces six personnes n'inspire aucune crainte.


Le cas valaisan confirmé

Le canton du Valais a annoncé samedi après-midi qu'un cas positif avait été confirmé par le laboratoire national de référence de Genève. Le patient est actuellement à l'isolement à l'hôpital de Sion et son état n'inspire pas d'inquiétude. Quatre membres de sa famille sont en quarantaine pour une durée de 14 jours. Ce trentenaire «s’est trouvé en contact étroit avec deux collègues sur un chantier de construction, précisent les autorités valaisannes. Ces deux personnes se trouvent actuellement en Italie. Au niveau du canton du Valais, la chaîne de transmission a donc pu être maîtrisée selon les informations à disposition.»


Les Eglises suisses appellent à la prudence

L'Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV) préconise de boire le vin rouge pendant la cène à l'aide de gobelets individuels plutôt que de boire dans la même coupe. Elle demande aussi à ses pasteurs de ne pas inciter les paroissiens à des contacts directs comme les poignées de main.

Chez les catholiques, le Diocèse de Bâle recommande aussi une série de mesures visant à éviter les contacts pendant la messe, à l'image de la poignée de mains au terme du Pater noster. Les personnes présentant des symptômes de grippe doivent rester à la maison, y compris les prêtres et auxiliaires de liturgie, lit-on dans le Quotidien jurassien.

Les ministres de la communion devront s'être préalablement désinfecté les mains avant de donner la communion, tandis que déposer l'hostie dans la bouche devrait être évité. Les célébrants sont aussi priés de ne pas se transmettre le calice pour y boire le vin rouge, mais de plutôt y tremper son hostie. Certaines paroisses ont par ailleurs retiré l'eau des bénitiers.

Les autres religions ne sont pas insensibles à l'épidémie et certaines de leurs organisations ont également appelé leurs fidèles à la prudence. Ainsi d'une communauté musulmane qui avait recommandé à ses membres d'exceptionnellement ne pas se déplacer à la Mosquée vendredi, en priant chez soi en particulier en faveur des personnes infectées par le Covid-19.


Rassemblements partiellement interdits en France

Les autorités françaises ont décrété samedi l'interdiction jusqu'à nouvel ordre de tous les rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné. Le Salon de l'agriculture, qui devait se clore dimanche, fermera ses portes dès ce soir. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a par ailleurs annoncé l'identification de seize nouveaux cas, ce qui porte le total à 73 depuis fin janvier.


L'Iran annonce 9 nouveaux décès

L'Iran a annoncé samedi neuf nouveaux décès par le nouveau coronavirus, portant le bilan total des morts de cette maladie à 43. «Le nombre total de cas est de 593 et le nombre total de décès est de 43 jusqu'à midi» samedi, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, lors d'une conférence de presse télévisée.

La radio BBC Persian, citant des sources hospitalières, a fait état d'un bilan d'au moins 210 morts, soit beaucoup plus que les statistiques officielles.


Explosion de cas en Corée du Sud

La Corée du Sud, deuxième pays le plus touché, après la Chine, d'où est partie l'épidémie, a recensé samedi 813 cas supplémentaires, la plus forte hausse quotidienne à ce jour, pour un total de 3.150 contaminations, dont 16 morts.

Autre signe inquiétant, le pays a enregistré son premier cas de recontamination: une femme de 73 ans testée positive au virus après en avoir guéri.


Des cas d'origine inconnue aux Etats-Unis

Quatre cas distincts de contamination au Covid-19 d'origine inconnue ont été confirmés par les autorités américaines. Plus de 60 patients infectés y ont été recensés sans aucun mort à déplorer.


Le Nigeria dénonce la hausse «déraisonnable» des prix des produits de protection

La commission de protection des consommateurs du Nigeria (FCCPC) a dénoncé samedi la hausse arbitraire des prix des kits de protection et des produits d'hygiène après l'annonce d'un premier cas de coronavirus à Lagos, mégalopole de 20 millions de personnes. Les Nigérians se sont précipités sur les produits d'hygiène après l'annonce vendredi qu'un citoyen italien a été testé positif à son arrivée de Milan.

 

Ce pays de 190 millions d'habitants - le plus peuplé d'Afrique - est jugé comme étant extrêmement vulnérable à la propagation du virus étant donné la fragilité de son système de santé et de sa forte densité de population. Avant ce premier cas en Afrique subsaharienne, il n'y en avait eu que deux sur le continent: en Egypte et en Algérie.


Notre carte de la progression du virus.