Une séance extraordinaire du Conseil communal de Nyon (VD) est programmée le lundi 31 janvier. Réclamée par plusieurs élus, elle vise à aborder la crise qui secoue depuis plusieurs mois l'administration nyonnaise. Cette séance, publique, aura lieu à 20h au théâtre de Marens, indique vendredi la commune. Selon l'ordre du jour, la Municipalité donnera des informations sur le rapport de l'ancien juge cantonal Pierre Muller, qui a enquêté sur les problèmes au sein de l'administration. Il y sera aussi question des coûts occasionnés par la gestion de crise.

Les tensions sont nées d'un conflit entre deux chefs de service. Avec deux camps s'accusant mutuellement, la crise a ensuite tourné en «dérive clanique» pour reprendre les termes du syndic Daniel Rossellat. La Municipalité nyonnaise s'est, jusqu'ici, peu exprimée sur les résultats de l'enquête de Pierre Muller. Elle a toutefois relevé que des sanctions (mais pas de licenciements) étaient envisagées contre les deux personnes en conflit, notamment pour des propos «dénigrants et inappropriés». Aucune infraction pénale n'a toutefois été constatée. Il ne s'agit pas non plus de harcèlement ou de mobbing, ont assuré les autorités nyonnaises.

Notre enquête: A Nyon, le système Rossellat coûte une fortune au contribuable

Pour mémoire, cette affaire a aussi débouché sur une crise au sein même de la Municipalité. L'exécutif a déposé une plainte pénale à l'encontre d'une de ses membres, Elise Buckle. Il a parallèlement demandé au Conseil d'Etat de la suspendre. Les municipaux reprochent à leur collègue écologiste d'avoir fait fuiter des informations confidentielles, dans le cadre justement de l'enquête administrative. Elise Buckle a réfuté ces accusations, dénonçant des «soupçons choquants et infondés».