Le coup de semonce de l’autorité de surveillance des assurances déploie ses effets. Fin 2020, la Finma fustigeait avec une rare sévérité le laxisme des assureurs dans le contrôle des factures émises au titre de l’assurance-maladie complémentaire (LCA) par les hôpitaux et les médecins. Jugés opaques et injustifiés, apparentés à une jungle tarifaire, ​​les décomptes de prestations devaient être «profondément remaniés» pour ne pas pénaliser davantage les assurés. Cet appel, couplé à la menace de suspendre la mise sur le marché de nouveaux produits, a été entendu par les assurances.