Ce n’est pas une exigence de La Poste, mais une idée qui circule dans la tête de plusieurs patrons postaux en Europe confrontés à un recul du volume du courrier, précise M. Kunz, dans un entretien diffusé samedi par la «Basler Zeitung». La procédure pourrait aussi être qualifiée de redevance de raccordement au réseau postal, estime-t-il.

Le transfert croissant du courrier papier vers le courriel renchérit le coût par lettre. Comme il n’est pas possible de rationaliser à l’infini, notamment pour la distribution, le prix de la lettre doit être revu à la hausse, annonce M. Kunz. Mais cela risque de favoriser une utilisation accrue des alternatives au courrier papier.

Un nouveau modèle de formation des prix doit donc être introduit. Comme pour la radio et la télévision, La Poste pourrait exiger des destinataires de courrier une redevance pour l’utilisation du réseau postal de base. Selon M. Kunz, la taxe serait fixe et indépendante du volume de lettres reçu. Elle devrait être versée une fois par an.

Pas question en revanche pour le directeur du géant jaune de percevoir des taxes plus élevées pour les régions périphériques où les frais fixes de distribution sont plus élevés. Ce serait contraire aux principes de La Poste, estime M. Kunz. Grâce à la taxe de réception, La Poste pourrait pratiquer des prix stables sur un assez long terme, et ce indépendamment de l’évolution des volumes