Moritz, le frère de Max Göldi, a déclaré mardi soir lors de l’émission «10vor10» de la télévision alémanique SF, qu’au nom de sa mère et de toute la famille, il avait appelé la famille Kadhafi «à faire tout ce qui était en leur pouvoir pour que la demande de recours en grâce soit entendue».

«Nous espérons une libération prochaine», a ajouté Moritz Göldi. Le fait qu’Hannibal Kadhafi ait rendu visite à Max Göldi lundi dans sa cellule a été pour lui réjouissant. Il s’agit d’un «signe positif», montrant que les Libyens s’efforcent de poursuivre les négociations».

La situation est particulièrement difficile pour Mme Göldi mère, qui a eu 80 ans lundi. «Elle ne peut pas comprendre que son fils ne soit pas encore rentré à la maison», a ajouté Moritz Göldi.

Max Göldi a été arrêté avec Rachid Hamdani à l’été 2008 en représailles à l’arrestation à Genève d’Hannibal Kadhafi, sur plainte de deux domestiques pour mauvais traitements. Tripoli affirme que ces deux affaires n’ont rien à voir entre elles.

Le 23 février dernier, alors que M. Hamdani rentrait en Suisse, M. Göldi s’est rendu à la justice libyenne pour purger une peine de quatre mois de prison pour séjour illégal.

L’avocat du Suisse devrait déposer vers la fin de la semaine une demande de grâce ainsi qu’un recours du jugement. Selon Amnesty International, la réponse à la demande de grâce peut arriver à tout moment alors que la procédure de recours peut prendre des semaines, voire des mois.