«Nous préparions une fête, et voilà que nous déplorons la mort d'un homme.» La directrice technique d'Expo.01, Nelly Wenger, avait triste mine hier après-midi à Neuchâtel. Moins d'un mois après que les dirigeants de la manifestation ont posé en grande pompe la première pierre de l'édifice, le chaland qui transportait le premier chargement de gravier a chaviré hier matin dans le canal de la Thielle entre les lacs de Neuchâtel et de Bienne, faisant un mort et deux blessés. Fourni par le chantier de l'autoroute A5, le matériau avait été acheminé vendredi à l'emplacement de la plate-forme logistique de Cornaux

Création d'une cellule de crise

Selon le commandant de la police neuchâteloise, Laurent Krügel, un tel drame n'était jamais arrivé sur les Trois-Lacs, alors même que les grands chantiers de Rail 2000 et de l'A5 ont multiplié les transports lacustres et fluviaux. Le président du comité stratégique, Francis Matthey, la présidente de la direction générale, Jacqueline Fendt, se sont associés à la directrice technique pour exprimer leurs condoléances à la famille du défunt. «C'est un coup dur pour Expo.01», avouait Nelly Wenger, revenue précipitamment de vacances. Une cellule de crise a été constituée à Expo.01, tandis que la police ouvrait une enquête sur ce drame encore inexpliqué hier soir.

C'est l'un des plus gros des sept chalands de l'entreprise de transport Grandguillaume Sables et Graviers de la Poissine, à Grandson, qui a chaviré lundi matin. Long de 52 mètres, large de 10 mètres, le chaland Yverdon, inauguré il y a trois ans, a une charge utile de 550 tonnes. Vendredi matin, il est parti de Bevaix sur le lac de Neuchâtel, chargé de gravats des chantiers de l'autoroute A5, direction Cornaux, pour approvisionner le consortium Batigroup mandaté pour la construction de l'Expo. Le chaland a effectué normalement sa route et est arrivé vendredi soir aux abords du chantier de l'Expo, le long du canal de la Thielle à Cornaux.

Selon le patron de l'entreprise de transport et contrairement à ce qu'a annoncé la police neuchâteloise lundi après-midi, il semble que le chaland a effectué vendredi soir encore une manœuvre difficile mais assez fréquente: un demi-tour sur l'étroit canal afin de mieux se positionner pour le déchargement. Amarré à proximité du chantier de l'Expo.01, il a été apparemment abandonné pendant le week-end. Le bateau n'a effectué que quelques mètres avant de chavirer à 7 h 30 hier matin.

L'équipage régulier était à bord: deux hommes en cabine et un troisième à l'arrière de l'appareil, chargé de manœuvrer le tapis roulant pour déverser le gravier sur la berge. Le chaland semble avoir été déséquilibré lors de la sortie du bras guidant le tapis roulant à bâbord. Il a chaviré en quelques minutes. L'ouvrier chargé des manœuvres a été retrouvé mort, noyé, à quelques mètres du bateau. Agé de 35 ans, marié et père de deux enfants, il était originaire de l'ex-Yougoslavie, habitait Yverdon et était employé depuis plusieurs mois par l'entreprise Grandguillaume. Ses deux collègues, légèrement blessés à la jambe, ont regagné la rive à la nage.

Une quinzaine d'hommes et des plongeurs du Services d'incendie et de secours de Neuchâtel sont intervenus. Un barrage d'hydrocarbures a été érigé à la hauteur du Landeron pour prévenir une pollution: le mazout du chaland (le réservoir a une capacité de plusieurs centaines de litres) s'est entièrement déversé dans la Thielle. Une forte odeur de fuel accompagnait les travaux de renflouage de l'appareil hier après-midi.

Hier, chacun y allait de son hypothèse sur les causes de l'accident, mais rien n'était avéré. Le chaland a-t-il subi des dommages lors du demi-tour sur le canal, ou durant les intempéries du week-end? L'équipage a-t-il commis une erreur de pilotage de l'autodéchargeur? C'est la première fois que le chaland accostait devant le site de l'Expo, mais il effectuait depuis dix-huit mois des transports similaires pour la cimenterie de Cornaux à quelques mètres de là. Une enquête est ouverte. Le corps de la victime sera autopsié.

Une certaine discrétion

Hier, Nelly Wenger ne s'est pas prononcée sur les éventuels retards que pourrait causer cet accident aux travaux de l'Expo. Elle attend de connaître la cause de l'accident. A Cornaux, on avait à peine enfoncé les pieux d'amarrage devant le futur site d'assemblage des arteplages lorsque le drame est survenu. Les tonnes de gravier que transportait le chaland étaient destinées à construire la base de cette place logistique. Autant dire que ce n'était pas le dernier chaland à naviguer entre les lacs de Bienne, de Neuchâtel et de Morat pour le compte de l'Expo: il est prévu que les éléments des arteplages soient amenés sur ce site et qu'ils en repartent, une fois assemblés, en direction de Neuchâtel, Morat, Yverdon et Bienne. La voie fluviale avait été privilégiée par le staff de la manifestation, «afin de réduire les nuisances au maximum», avait affirmé la direction le 29 juin dernier.