Les médias ont les yeux rivés sur cette barre-là, celle des 10% de suffrages électoraux. Les Verts la franchiront-ils? Et le PDC, ne risque-t-il pas de tomber en dessous? Symboliquement, cette quatrième place des partis, qui en principe offre un sésame pour le Conseil fédéral, est l’un des enjeux majeurs du 20 octobre. Si le PDC perd ce duel à distance, la question qui fâche son président, Gerhard Pfister, se reposera: la Suisse a-t-elle encore besoin de ce parti s’il n’a plus la taille critique lui permettant encore de jouer les bâtisseurs de ponts?

Lire aussi notre éditorial: N’enterrons pas trop vite le PDC!