Deux faux policiers viennent d'être arrêtés par des vrais à Bâle-Campagne. Au volant d'une voiture de location, gyrophare allumé sur le toit, deux Allemands chassaient les touristes étrangers sur les tronçons autoroutiers entre Bâle, Zurich et Lucerne. Ils s'en prenaient en particulier aux automobilistes qui roulaient à plus de 160 kilomètres à l'heure. Après de folles poursuites, les faux gendarmes parvenaient à arrêter leurs victimes au bord de la chaussée. Aux vacanciers pris en flagrant délit d'excès de vitesse, ils exhibaient des copies d'insignes de police pour leur faire payer des sommes variant entre 200 et 700 francs. Et, si les automobilistes n'avaient pas assez d'argent liquide, les deux agents leur offraient de les escorter jusqu'au bancomat le plus proche.

Pendant deux mois, la chasse semble avoir été excellente, puisque la vraie police de Bâle estime que 25 personnes ont payé des sommes qui auraient rapporté un montant total d'environ 10 000 francs aux imposteurs. Mais ces dernières semaines, les plaintes se sont accumulées. L'affaire est devenue suspecte, les témoignages concordants. Des indices, notamment des factures, conduisent les enquêteurs bâlois à se rapprocher de leurs collègues de Zurich et de Lucerne, où des plaintes similaires sont enregistrées.

«L'arrestation n'a pas été facile»

La piste des factures mène les limiers à l'aéroport de Bâle-Mulhouse: toutes les deux semaines, les deux Allemands y changeaient leur véhicule de location. A cette occasion, ils utilisaient des identités aussi fausses que leurs cartes de police. C'est probablement ce qui a attiré l'attention des employés d'une agence de location. Les vrais policiers bâlois tendent alors un piège aux imposteurs: «L'arrestation n'a pas été facile», avoue Meinrad Stöcklin, porte-parole de la police cantonale, «elle n'a pu se faire qu'au terme de minutieuses recherches, et grâce à une excellente collaboration intercantonale». Les deux malfrats sont des chômeurs âgés de 26 et de 33 ans. Ils sont actuellement en détention préventive.

A la question de savoir si ce genre de cas s'était déjà produit, Meinrad Stöcklin explique que c'est une première, avant d'ajouter que «si ce n'était pas le cas, nous n'en saurions rien». En effet, selon les autorités bâloises, un nombre important d'automobilistes n'auraient même pas remarqué qu'ils avaient affaire à de faux policiers. D'où l'appel aux victimes qui a été lancé aujourd'hui. Il concerne tous ceux et celles qui auraient été pris en excès de vitesse sur l'autoroute dans la région.