Les annonces se sont succédé hier, les cantons romands décrétant l’un après l’autre des mesures plus restrictives pour juguler la hausse des contaminations. En bout de chaîne, les hôpitaux font, eux, face à une forte augmentation des admissions liées au Covid-19 et se réorganisent pour pouvoir recevoir la deuxième vague.

Lire aussi: En Suisse romande, la deuxième vague éteint la nuit 

Le nombre de patients atteints du coronavirus a plus que doublé en une semaine à Genève, quadruplé en dix jours à Fribourg. Signe de l’ampleur de l’épidémie, l’Hôpital du Jura connaît sa plus forte affluence depuis le début de la crise avec une cinquantaine de personnes hospitalisées. Moins touché au printemps, il augmente aujourd’hui son dispositif d’accueil aux soins intensifs, qui passera de six à huit lits, ainsi que cinq places supplémentaires aux soins continus. «On ne constate pas de tassement des admissions, je dirais même que cela s’accélère, s’inquiète Hervé Duplain, chef du service de médecine interne de l’Hôpital du Jura. Mais les mesures prononcées hier ont été fortes, j’espère qu’elles porteront effet.»

Lire également notre éditorial: Le plan de sauvetage des Fêtes est lancé

Opérations reportées

L’augmentation des hospitalisations de cas covid inquiète l’OFSP. «Nous estimons que la limite de capacité en soins intensifs dans les hôpitaux sera atteinte entre le 5 et le 18 novembre si rien ne change par rapport à la situation actuelle», a souligné Martin Ackermann, chef de la Task Force scientifique Covid-19 de la Confédération.

Face à la deuxième vague, les institutions de soins s’appuient sur les structures de crise mises en place au printemps et les redéploient aujourd’hui. A l’image de l’hôpital de Fribourg qui réactive son centre de commandement pour suivre l’évolution de la pandémie tout en lançant une campagne de recrutement de personnel. Mais, si la priorité des hôpitaux était initialement de pouvoir maintenir une activité normale, force est de constater qu’elle paraît mise à mal dans certains cantons. «Notre souhait n’a pas été exaucé, déclare Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois chargé de la santé. Les cliniques privées doivent une nouvelle fois être à disposition, pour décharger les HUG, selon la décision du médecin cantonal.» La concentration des cas covid en un seul site est désormais actée à Genève, tout comme le report de certaines opérations électives, afin de libérer des lits. Dès lundi, une grande partie des interventions chirurgicales non essentielles et non urgentes de l’Hôpital du Jura seront également reportées. Au CHUV, ce scénario est également envisagé, une décision devrait tomber en début de semaine prochaine.

Au niveau romand, «la cellule de coordination des soins intensifs a été activée», indique Stéfanie Monod, présidente du groupement romand des services de santé publique. Elle permet désormais aux hôpitaux d’avoir une vue d’ensemble sur la capacité d’accueil en soins intensifs. L’effectif des lits disponibles est ainsi vérifié deux fois par jour. «Cette structure nous montre où il y a un peu de jeu, c’est un outil d’anticipation pour pouvoir planifier d’éventuels transferts de malades», précise la Vaudoise.