C’est une demi-finale de rêve entre deux des trois meilleurs joueurs du moment, voire de tous les temps. Novak Djokovic, numéro un mondial et tenant du titre. Roger Federer, en lice pour une 7e couronne record. Ces deux as se sont déjà affrontés 26 fois, mais jamais sur gazon. Ce caractère inédit donne davantage encore de piment à cette finale avant l’heure. Le Temps a demandé à quatre anciens champions de porter un regard averti sur ce duel.

Mark Philippoussis Finaliste en 2003

«Djokovic a remporté Wimbledon l’an dernier. Il aime aussi le gazon. Il est favori. Mais, avant le tournoi, j’ai prédit une victoire de Federer. Et j’ai été très impressionné par la manière dont il a joué contre Youzhny. Mais bon, ce n’était pas Djokovic de l’autre côté du filet. L’essentiel est de savoir comment sera Roger physiquement. Il n’était pas au mieux lors du match précédent. Il avait mal au dos et ne se déplaçait pas bien. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il se déplaçait très bien contre Youzh­ny. Il frappait bien la balle. Il a eu une journée de repos avant cette demi-finale et devrait être bien. Ce sera très important pour lui de remporter le premier set. S’il est mené au score, ce sera dur de revenir face à «Djoko». Il faudra qu’il commence bien le match.

Son slice ne sera pas un réel avantage car l’herbe n’est plus la même qu’il y a dix ans. Maintenant, ils font de longs échanges de fond de court, même sur gazon. Le jeu est plus lent, les balles sont plus lourdes. Ils ont plus de temps pour frapper. Le slice est donc une arme moins efficace qu’avant. La manière de frapper avec la nouvelle technologie et le fait qu’ils soient plus puissants leur permettent de relever la balle plus facilement, même quand le rebond est bas.»

Pat Cash Vainqueur en 1987

«Je ne peux pas prédire qui gagnera ce match, mais je pense que le fait que ce soit leur première rencontre ici et sur gazon fait une grande différence. A la fin, ce sera à celui qui remporte les points clés et qui est meilleur le jour J. C’est aussi simple que ça. On ne peut pas vraiment tirer de conclusions de leurs précédents tours. Le quart de finale a été relativement confortable pour l’un et l’autre.

Cela se jouera sur la qualité du service et du retour. Ces deux aspects sont importants de toute façon dans le tennis masculin mais, s’il l’un sert mal, il offrira une sacrée opportunité à l’autre. Surtout Federer. S’il sert mal, Djokovic le dominera car il est capable de faire beaucoup de dégâts en retour. Alors que le revers de Federer ne va pas trop gêner «Djoko».

Federer a une plus grande expérience sur herbe. Il a joué sur le Centre Court si souvent. C’est un avantage. Maintenant, ce gazon n’a plus rien à voir avec ce qu’il était. C’est devenu un court en dur rapide. Or, sur un court en dur rapide, ils se valent.

Je ne crois pas que jouer sous toit ferait une grande différence. En revanche, plus les conditions seront ventées, plus on verra un tennis hésitant et des fautes. Et je ne sais pas qui ça pourrait avantager. Roger joue un jeu plus risqué. Il reste plus près de la ligne de fond de court quand il retourne. Il était même souvent dans le court hier contre Youzhny. Il va essayer d’attaquer, mais ce sera difficile pour lui d’attaquer les deuxièmes balles de service comme il l’a fait contre Youzhny. Il ne pourra pas le faire avec Novak.

Mais ce changement de tactique adopté par Federer depuis un an – il attaque et joue plus en avant – aura son importance. Il a mis cela en place pour essayer de compenser quand il joue contre Nadal. C’est un jeu plus risqué mais qui peut rapporter davantage. Je n’ai pas encore vu la récompense, mais elle va arriver à un moment ou à un autre. Et cela pourrait être cette semaine.

Le slice de Roger peut faire la différence sur herbe. Il est plus à l’aise que Djokovic au filet. Novak est le moins bon du «Top 4» à la volée. Mais Federer va jouer des balles courtes et il va être forcé d’avancer. Le slice sera crucial. Aucun doute là-dessus.»

Boris Becker Vainqueur en 1985, 1986, 1989

«C’est la demi-finale que tout le monde attendait. Deux des plus grands noms de ce sport s’affrontant à Wimbledon. Jusqu’ici, Djokovic est apparu très solide. Il n’a perdu qu’un seul set. J’ai vu son quart de finale contre Mayer et il était vraiment fort. Federer a eu un long combat contre Benneteau, a failli sortir, il a eu un problème physique contre Malisse et a semblé parfait contre Youzhny. Je ne suis pas sûr de son état. Sur le papier, Djokovic est le favori, mais j’estime les chances de Federer très élevées. Il adore l’herbe. C’est celui dont le jeu est le plus naturel sur cette surface. Il a 30 ans, mais je suis certain qu’il peut rajeunir pour ce week-end. Je ne vais jamais rayer le tenant du titre mais, quand vous avez gagné six fois sur gazon à Wimbledon, vous vous sentez naturellement à la maison. Roger n’a pas non plus 40 ans, il peut créer la surprise. C’est mon favori sentimental.

Mais, pour l’emporter, il devra bien servir et surtout utiliser tout son «arsenal», le slice, l’amorti, le service-volée, bref tout ce qu’il a dans son bagage. S’il s’installe dans des échanges de fond de court, Djokovic gagnera. S’il joue comme un vrai «maestro» du gazon, il gagnera.»

Mats Wilander Quart de finaliste en 1987, 1988, 1989

«Djokovic est le favori, mais le fait que ce soit sur gazon donne une chance à Federer. S’il a une balle de set, ou une balle de tie-break, qu’il sert bien, a un slice efficace, s’il a deux ou trois faux rebonds sur des points importants, il pourra se dire qu’il peut gagner.

Cela dit, Djokovic est vraiment solide de la ligne de fond de court. Je pense qu’aucun joueur ne possède un coup qui puisse lui faire mal en ce moment. A part Tsonga peut-être, s’il joue vraiment bien.

Federer n’a pas servi aussi bien que je l’aurais pensé pendant le tournoi. Certes, il a joué remarquablement bien contre Youzhny mais c’est facile. Cela dit, il sait qu’il ne lui manque pas grand-chose pour atteindre la perfection.

Le fait qu’ils ne se soient jamais rencontrés sur herbe peut jouer un rôle. Il y a un immense respect pour Federer sur gazon. Benneteau a dit que le jouer sur le Centre Court, c’était comme affronter les All Blacks en Nouvelle-Zélande. C’est absolument ça. Le rencontrer sur le Central à Wimbledon est le pire. Et il n’y a aucune raison que Djokovic ne le pense pas.»