Les partis politiques se féminisent. Lentement. Pour la première fois un parti de droite, en l'occurrence le Parti radical, compte plus d'électrices potentielles que d'électeurs. Jusqu'à présent, c'est le Parti socialiste qui passait pour être le plus féministe, non seulement quant au nombre de ses élues aux Chambres fédérales (22 femmes pour 35 hommes), mais aussi par la place faite aux femmes et le programme du parti, plus axé sur les revendications féminines. Résultat, la différence d'adhésion est nette: 26% de femmes, contre 21% d'hommes, se déclarent prêtes à voter pour le PS cet automne.

Avec 22% d'intentions de vote de la part des femmes, contre 20% de la part des hommes, le Parti radical vient désormais en seconde position. La situation est aussi la même au sein du PDC (16-14%), dont les thèmes liés à la famille étaient plus porteurs côté féminin. Par contre l'UDC, tant par ses thèmes que par son style plus porté à la polémique, séduit moins les femmes: 20% d'électrices déclarées, seulement, contre 30% d'hommes.

Les femmes seraient-elles plus portées au consensus? Selon le sondage de GfS, qui portait sur 6000 interviews (2687 hommes et 3206 femmes), 29% des femmes déclarent se sentir plutôt de gauche et 22% plutôt de droite, mais près de la moitié, 49%, dise appartenir au centre. Chez les hommes, on note une plus grande polarisation: 33% se disent de droite, 27% de gauche et 40% au centre.

Lorsqu'on demande aux femmes et aux hommes de dire quels sont les partis les plus compétents pour résoudre les principaux problèmes du moment, la différence d'avis entre les sexes est sans signification. A noter le très faible profil affiché par le PDC. Par contre, alors que 18% des hommes avouent ne pas savoir quel est le parti le plus à même d'affronter les problèmes, l'aveu d'ignorance est plus spontané et plus massif chez les femmes: 30% avouent ne pas savoir.

Cela dit, hommes et femmes ne varient que faiblement dans leur appréciation des personnalités politiques suisses. C'est l'unanimité pour placer en tête de popularité Christiane Brunner, avec un taux de crédibilité de 54% chez les hommes et de 57% chez les femmes. Si les hommes choisissent Christoph Blocher au second rang, devant Simonetta Sommaruga, les femmes, pour leur part placent d'abord Simonetta Sommaruga, puis Franco Cavalli et Christiane Langenberger au quatrième rang.