Elles ne siègent pas encore dans l’hémicycle de l’Assemblée fédérale, les 246 élues qui participeront à la session des femmes les 29 et 30 octobre prochains. Mais elles travaillent déjà dans des lieux chargés d’histoire, comme la salle 286, celle où le 6 décembre 1992, le conseiller fédéral Jean-Pascal Delamuraz avait déclaré que la Suisse avait connu «un dimanche noir» à la suite du non du peuple à l’Espace économique européen. En ce 18 août, ce sont les membres de la commission de la science qui l’ont investie pour une première séance. Lors d’une deuxième réunion au début septembre, elles devront rédiger trois revendications phares pour les soumettre au plénum.