Lutte

La fête du gigantisme fait son retour en Suisse romande

Le week-end prochain, Payerne et Estavayer-le-lac accueillent la Fête fédérale de lutte. Le site est déjà ouvert au public. Visite des lieux

Entre le 26 et le 28 août, la Broye sera la capitale des jeux alpestres avec pour point d’orgue, le couronnement du roi de la lutte. Estavayer2016 peut se résumer par quelques chiffres: plus de 250 000 visiteurs, 4000 bénévoles, 90 hectares pour la place de fête, 90 tonnes de sciure, 200 000 litres de bière, 4000 litres de schnaps, 40 000 saucisses.

La Fête fédérale de lutte est aussi la fête du gigantisme pour tous ceux qui y contribuent. A commencer par les entreprises qui œuvrent sur le site, dans et autour de l’arène qui est forcément la plus grande structure de ce type au monde, avec six tribunes pouvant accueillir 52 000 personnes, les yeux rivés sur les sept ronds de sciure.

Une ville de 8000 habitants

Jeudi, le GroupeE proposait une visite du chantier de la place de fête qui se déploie sur l’aérodrome militaire de Payerne. Là aussi, les chiffres donnent le tournis. «C’est comme si nous avions entièrement équipé une ville de 8000 habitants», résume Etienne Collaud, responsable technique du projet. Et en quelques jours. Car certains travaux n’ont pas pu être anticipés en raison des activités militaires. «Nous avons commencé le montage réel à la mi-juillet», raconte-t-il. Et les électriciens vont s’affairer jusqu’à la dernière minute, lorsque tous les stands de nourriture seront montés. Tout a été pensé, jusqu’aux paratonnerres. «Mais évidemment qu’on ne peut pas tester la charge. L’exercice nature aura lieu le vendredi soir, premier jour d’ouverture, et surtout le samedi matin, lorsque les cuisines se mettront à chauffer», explique encore Etienne Collaud.

La demande en puissance électrique n’a cessé d’augmenter ces dernières semaines. «Cet été, nous avons encore ajouté un transformateur. Mais à la fin, nous avons aussi dû refuser certaines demandes», admet le responsable. Ainsi, il n’y aura pas de sèche-cheveux au camping. Et gare aux appareils qui ne sont plus aux normes.

Le site est ouvert

Mais à quelques jours de l’ouverture de la manifestation, ce ne sont déjà plus les kilomètres de câbles, le défilé de camions ou encore les bruits de marteau qui frappent les esprits. Un calme étonnant règne sur le site, déjà ouvert aux visiteurs. C’est une tradition. Les amateurs de lutte savent qu’ils peuvent déjà accéder aux installations.

Les jours passant, ils sont toujours plus nombreux à venir plus spécialement admirer Mazot, le taureau qui sera offert au futur roi de la lutte. Mazot, c’est 1200 kilos de muscles. Il vivait paisiblement aux Ecasseys (FR), avant de prendre le chemin du pavillon des prix. Depuis la semaine dernière, il a pris ses quartiers dans un enclos à sa mesure. Il a droit à une promenade et à une douche tous les matins.

«Ça commence bien»

Vice-président du comité d’organisation, Gaby Yerly joue les guides. Tout fier, il annonce qu’il a déjà posé son camping-car et qu’il est ainsi le premier à occuper le terrain. En ce jeudi pluvieux, à près d’une semaine de l’ouverture des festivités, il est on ne peut plus confiant. «Deux indicateurs nous montrent que le pari est réussi: le souper de soutien a été un succès et le pavillon des prix plaît au public. D’expérience, je sais que quand la fête débute sur de bonnes notes, c’est bon pour la suite. Lorsqu’il y a des critiques à ce stade par contre, ça part mal…»

Gaby Yerly est une figure de la lutte dans le canton de Fribourg. Et il sait qu’organiser la Fête fédérale en terre romande est un défi. En 2001 à Nyon, la manifestation s’était soldée par un déficit et des places étaient restées vides. Hornus, lutte, lancer de pierre, animation folklorique: inutile de préciser que l’engouement provient davantage de Suisse allemande.

Estavayer2016 sera-t-elle à la hauteur des attentes du public et des sportifs? Telle est la grande question. «La météo jouera un grand rôle», estime Gaby Yerly, qui craint également les embouteillages à l’approche du site. Mais les journées passant, il se réjouit de commencer à parler davantage de lutte que de logistique. «Car cette manifestation a un but: couronner le roi»… Et le spectateur est prévenu dès l’entrée du site par un slogan implacable: «Le roi de Suisse n’hérite pas de son titre, il doit se battre pour l’acquérir».


En pratique

Aérodrome militaire de Payerne: Il n’y a déjà plus de billets pour les compétitions dans l’arène. Mais il y a d’autres possibilités de participer à la fête. Vendredi 26 août, la cérémonie d’ouverture est gratuite et l’accès libre. Samedi et dimanche, le public peut également profiter de l’ambiance de la place de fête avec ses cantines, écrans géants et autres animations prévues sur le site qui s’étale autour de l’arène. www.estavayer2016.ch

Publicité