Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une vision de la place de l'Europe, à Lausanne.

Grand Lausanne 

Feu vert de Berne pour le futur tram lausannois

L'Office fédéral des transports approuve les grands axes de transport public de l'agglomération lausannoise 

Le projet de tram Lausanne-Renens vient de recevoir le feu vert de l’Office fédéral des transports (OFT). Une étape décisive dans le développement de l’agglomération lausannoise, soulignent les autorités cantonales. La mise en service est prévue au mieux pour 2021.

Le développement de l’agglomération Lausanne-Morges, le nom officiel du Grand Lausanne, passe par la réalisation d'«axes forts de transports publics» pour desservir les nouveaux quartiers.

Un nouveau tram doit relier Lausanne-Flon à la Gare de Renens, dans une première étape, celle qui vient de recevoir le feu vert de la Confédération. Dans une seconde étape, il sera prolongé en direction de Villars-Ste-Croix.


Notre carte interactive. «L'Ouest lausannois, une nouvelle ville en gestation »


Cette réalisation, dont le coût total tourne autour des 400 millions de francs, sera mise en service en 2021 dans le meilleur des cas. Le financement sera assuré par la Confédération, le canton et les communes. Les travaux, d’une durée de quatre ans et demi, ne pourront commencer qu’une fois les oppositions levées.

Sur les 130 oppositions déposées lors de la mise à l’enquête, 78 ont été retirées tandis que les discussions se poursuivent sur une dizaine de dossiers pour finaliser des conventions. Ces oppositions émanent pour la plupart de riverains et portent sur l’impact des travaux, l’emprise de ceux-ci sur les propriétés et les reports de trafic.

En même temps que le tram, l’OFT a aussi approuvé les plans du premier tronçon des bus dits «à haut niveau de service» de la région lausannoise. Ceux-ci, circulant en site réservé et avec priorité, relieront d'abord St-François et Prélaz-les-Roses.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a