Les mots de Sébastien Fanti sont forts. Le préposé valaisan à la protection des données et à la transparence n’y va pas avec le dos de la cuillère pour évoquer la cyberattaque que le fournisseur cloud de l’entreprise Winbiz a subie il y a plus de deux semaines. «Nous sommes en train de vivre un scandale d’envergure nationale!», ose-t-il, dans son style caractéristique. Il faut dire que les 50 000 entreprises majoritairement romandes qui utilisent ce logiciel de facturation n’ont, du jour au lendemain, plus eu accès aux donnés de leur cloud. Si personne ne peut actuellement affirmer que la société fondée à Martigny est fautive sur le plan de sa défense face à l’attaque informatique, l’arrêt des serveurs qui peinent à être relancés et le manque de communication soulèvent plusieurs questions.