football

La FIFA continue de secouer la justice suisse

Dans le cadre de relations jugées douteuses avec la FIFA, le Ministère public de la Confédération suspend son procureur en charge des affaires économiques. C’est la deuxième fois de la semaine que football et justice fédérale défraient ensemble la chronique

Le procureur en charge des affaires économiques au Ministère public de la Confédération (MPC), Olivier Thormann, a été suspendu de toutes ses fonctions jusqu’à nouvel ordre. Cette mise à pied révélée vendredi par les titres de Tamedia est intervenue sur ordre du procureur général, Michael Lauber, après que des accusations en rapport avec la FIFA qui «pourraient relever du droit pénal» lui ont été rapportées en septembre 2018. La nature exacte de ces dernières demeure encore floue. Un procureur extraordinaire sera nommé par l’autorité de surveillance de l’institution pour clarifier la situation.

Lire aussi notre éditorial: Le fair-play financier sifflé hors jeu

Michael Lauber également en position délicate

Cette suspension intervient quelques jours seulement après que les «Football Leaks», révélées par un consortium de journalistes international, ont placé Michael Lauber lui-même dans une position délicate. Le procureur général de la Confédération a rencontré plusieurs fois de manière bilatérale le président de la FIFA, Gianni Infantino, alors même que plusieurs procédures sont en cours entre leurs deux organisations. C’est le procureur du Ministère public valaisan – et proche ami de Gianni Infantino –, Rinaldo Arnold, désormais lui-même sous enquête, qui a arrangé ces entrevues. Ce dernier renseignait le dirigeant du foot mondial en échange d’invitations de prestige aux matchs ou aux manifestations de la FIFA.

Lire également: Les relations troubles de Gianni Infantino avec un procureur valaisan

Si tout semble lié, le MPC souligne «expressément» que les informations sur lesquelles se base la suspension d’Olivier Thormann sont «sans aucun rapport avec les rencontres bilatérales entre Michael Lauber et Giovanni Infantino».

Séisme pour le Ministère public de la Confédération

La mise à pied brutale du procureur en charge des affaires économiques est un séisme pour le MPC, au sein duquel le charismatique Bernois avait pris énormément d’importance ces dernières années. Il a été responsable de la supervision de procédures pénales suisses d’envergure internationale, notamment d’affaires de corruption impliquant le fonds d’investissement malaisien 1MDB ou la société brésilienne Petrobras. Il avait également instruit le scandale des matchs truqués en Challenge League en 2012. Dossier dans lequel il avait été désavoué par le Tribunal fédéral.

«Quand on entend le mot FIFA, il faut s’attendre à tout!»

Olivier Thormann était également responsable de la supervision des antennes du MPC à Lausanne, Lugano et Zurich. «Il a trop de gros cas de criminalité économique, commentait un ancien procureur fédéral au printemps dernier. De très gros cas.» Décrit comme «intelligent, avec de la gouaille et de la vision» par un avocat qui traite régulièrement avec le MPC, on lui attribue cependant aussi un style «un peu cow-boy».

Président de la sous-commission de la Commission de gestion du Conseil des Etats affiliée au MPC, Hans Stöckli (BE/PS) confirme que Michael Lauber sera entendu la semaine prochaine pour s’expliquer. «Quand on entend le mot FIFA, dit le conseiller aux Etats bernois, il faut s’attendre à tout!»

Collaboration: Sylvain Besson

Publicité