Les nouvelles sont bonnes. Après deux mois de crise, le Conseil fédéral a affiché ce mercredi un visage réjoui. «Les chiffres sont encourageants, a salué Alain Berset. Le nombre de nouvelles infections est faible et cela nous permet d’envisager les prochains mois et semaines avec une certaine sérénité. La vie reprend son cours.» Tout en ajoutant qu’il ne fallait pas «céder à l’euphorie», le ministre de la Santé a confirmé que le déconfinement de la population suisse se déroulait sans pour l’heure susciter de deuxième vague. L’été pourrait s’annoncer plus festif que prévu.

Les mariages religieux oui, les stades de foot non

Les communautés religieuses mais aussi les couples prêts à franchir le pas devant Dieu sont les grands gagnants de la journée. Au vu des bons résultats épidémiologiques des dernières semaines, les cultes et baptêmes mais aussi les mariages à l’église seront en effet à nouveau autorisés dès le 28 mai. «Nous sentons depuis pas mal de temps ce besoin de pouvoir célébrer ensemble, a commenté Alain Berset. Aujourd’hui, nous avons décidé que cela devait être à nouveau possible.»

Lire aussi: Les dangers d’une société divisée face à la sortie de crise

Hygiène et distanciation sociale restent de mise, cependant – et à la surprise des journalistes présents dans la salle – aucune limite de personnes présentes dans le cadre de ces offices et réjouissances ne sera plus fixée. Interpellé sur ce traitement de faveur dont les associations sportives ne bénéficient pas, Alain Berset a souligné que les communautés religieuses s’étaient engagées à lister les personnes présentes aux événements, «ce qui ne serait pas possible lors d’un match de foot».

Les réunions de plus de cinq personnes annoncées pour le 8 juin

Alors qu’une importante étape de déconfinement s’annonce pour le 8 juin avec la réouverture des théâtres, cinémas, jardins zoologiques, piscines et remontées mécaniques mais surtout aussi des écoles post-obligatoires, le Conseil fédéral a ajouté à cette liste la fin de l’interdiction de rassemblement de plus de cinq personnes. Pourrons-nous donc bientôt nous réunir à 10, 50 ou 100? «Je vous demande encore un peu de patience concernant les détails de cet assouplissement», a répondu Alain Berset ce mercredi, sans donner davantage d’information sur le sujet. Le Conseil fédéral communiquera de manière plus précise sur la fin très attendue de cette restriction dans une semaine, a annoncé le ministre de la Santé.

Lire aussi: La sortie de crise présente un risque de polarisation de la société

Alain Berset a parallèlement annoncé le retour aux horaires de travail et périodes de repos prévus par la loi dès le début du mois de juin au sein des hôpitaux, indiqué que la Confédération souhaitait accélérer la recherche pour développer un vaccin en entamant des négociations avec de potentiels fabricants, et signalé une aide rétroactive aux crèches touchées par le coronavirus d’un montant de 65 millions de francs. Très controversée, l’application de traçage Swisscovid, dont le but est d’endiguer la propagation du virus, a également fait parler d’elle. «Son futur est désormais dans les mains du parlement, a souligné Alain Berset. L’application ne concernera que le coronavirus, il n’y aura aucune pénalisation pour ceux qui ne souhaiteront pas l’utiliser, la géolocalisation ne pourra pas être enclenchée et le préposé fédéral à la protection des données soutient le projet.» En attendant l’avis du parlement début juin, un essai pilote devrait démarrer ces prochains jours.

La crise sanitaire s’éloigne, la crise économique demeure

Si la situation sanitaire est réjouissante, le ministre de l’Economie, Guy Parmelin, y a apporté un bémol économique: «Quelque 190 000 entreprises, représentant 1,9 million de travailleurs et 37% de la main-d’œuvre du pays, ont demandé des indemnités de chômage partiel, a constaté le conseiller fédéral. Cela est malheureusement historique.» Si les demandes se sont stabilisées, le chômage est à la hausse et la reprise économique sera hésitante, a averti le Vaudois.

Pour éviter que l’assurance chômage ne poursuive sa descente aux enfers, la Confédération a proposé ce mercredi d’y injecter 14 milliards de francs supplémentaires, crédit qui sera soumis au parlement début juin. «Les mesures spéciales prises face au Covid-19 ont joué un rôle essentiel pour préserver nos entreprises, a salué Guy Parmelin. Mais pour éviter de devoir trop augmenter les impôts, il est nécessaire que les entreprises reprennent leur activité au plus vite. Les mesures d’urgence seront donc progressivement supprimées.» Ce sera un cap difficile à passer, a reconnu le ministre, se disant toutefois «convaincu que nos entreprises sauront relever le défi».