Le Conseil des Etats a décidé d’opposer un contre-projet à l’initiative sur la transparence. A une large majorité des deux tiers, il veut obliger les partis à déclarer tous les dons excédant 25 000 francs et demander à toute personne ou tout mouvement dépensant plus de 250 000 francs lors d’une campagne à le communiquer à la Chancellerie. Déçus, les initiants, qui exigent des seuils plus bas de 10 000 et 100 000 francs, reportent désormais leurs espoirs sur un Conseil national devenu plus progressiste.

Lire aussi: Financement des partis: les raisons de la méfiance face à l'exigence de transparence