Mardi après-midi, Christoph Blocher rencontrait son nouvel homologue américain, Alberto Gonzales, et le patron du FBI, Robert Mueller, pour parler de lutte contre le terrorisme. Une discussion «générale» qui ne devait pas directement aborder les cas concrets qui intéressent pourtant au plus haut point l'administration Bush, elle qui a lancé des accusations gravissimes contre plusieurs ressortissants moyen-orientaux actifs en Suisse. L'un d'entre eux, Youssef Nada, banquier islamiste basé à Lugano, membre de l'organisation des Frères musulmans, est accusé depuis quatre ans d'avoir financé le terrorisme (et Al-Qaida en particulier) à travers sa société Al-Taqwa, mise depuis en liquidation. Aujourd'hui, Youssef Nada et son associé Ali Ghaleb Himmat contre-attaquent: ils ont déposé devant le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone une demande de classement de la plainte dont ils font l'objet en Suisse, pour manque de preuves.

La demande de classement, numéro de dossier BB 2005/4, a été déposée au début de cette année, explique Youssef Nada, joint par téléphone. «Nous voulons forcer le Ministère public de la Confédération à stopper sa procédure, car il ne dispose d'aucune preuve de financement d'activités terroristes. Personne n'en a, du reste, pas plus les Américains que les Italiens. Que l'on dise que je suis un islamiste, un membre des Frères musulmans, un activiste, pas de problème, tout cela est vrai. Mais je n'ai aucune connexion avec le financement du terrorisme, c'est totalement contraire à mes convictions.»

Silence du procureur fédéral

Une information circulait mardi, en provenance de Washington: la Suisse s'apprêterait à inculper formellement Youssef Nada, et pourrait faire de même avec un autre individu poursuivi pour financement du terrorisme, l'homme d'affaires saoudien Yassin Qadi, qualifié de «terroriste global» par les Etats-Unis. Cette rumeur, pour l'instant infondée, serait-elle une manifestation de l'impatience américaine? Les enquêtes sur les cas Al-Taqwa et Qadi ont été conclues à fin juin 2004, soit il y a neuf mois. Et depuis cette annonce, dans laquelle le Ministère public avait confirmé «partiellement» les accusations de Washington à l'encontre de Nada et de Qadi, le procureur fédéral Claude Nicati, en charge du dossier, n'a plus donné de nouvelles. L'affaire serait-elle en train de partir en quenouille? Le Ministère public a jusqu'ici répété sa détermination à transmettre l'enquête à un juge d'instruction fédéral, mais a justifié ces délais par la surcharge des juges.