Replié sur le banc des accusés, la mine soucieuse, le conseiller national et bouillant député de la Lega dei ticinesi Flavio Maspoli souffrait visiblement le martyre, alors que la juge tessinoise Giovanna Roggero-Will lui demandait de parler de ses habitudes de jeu, au cours des premières heures de son procès, à Lugano (Lire Le Temps d'hier). Flavio Maspoli, qui doit répondre entre autres accusations de banqueroute frauduleuse et de faux dans les titres pour trois sociétés dont il était responsable et actionnaire, avait fait faillite en 1995 avec son quotidien, L'Altra Notizia.

Le journal, qui avait été édité à Locarno dès 1993, avait terminé sa course dans un gouffre financier dépassant les deux millions de francs. Durant cette période, plusieurs journalistes (dont certains étaient présents à l'ouverture du procès) n'avaient jamais vu la couleur de leur salaire, alors que le cofondateur (avec Giuliano Bignasca) de la Lega passait de nombreuses heures chaque semaine accroché aux machines à sous du casino de Locarno, «pour oublier mes ennuis financiers», a-t-il admis hier d'une voix à peine audible. Une échappatoire qui lui aura fait perdre presque 50 000 francs en moins de 6 mois, selon un rapport de l'établissement locarnais.

«Je ne suis pas un très bon administrateur»

La juge, qui avait présidé le très médiatisé procès pour corruption du juge Franco Verda, s'est montrée touchée, amusée même, par instants, par les aveux du politicien, par exemple lorsqu'il a déclaré: «Je ne suis pas un très bon administrateur.» Passant aux rapports d'amitié et d'affaires qui liaient le député au fondateur de Denner SA, Karl Schweri, Flavio Maspoli a souligné son admiration pour l'homme d'affaires argovien, décédé en mai 2001.

Pourtant, Karl Schweri est en quelque sorte à la source des ennuis qu'a vécus le léguiste avec ses deux sociétés, Deag et Medeag, fondées pour le compte de Denner SA et de son patron. Si Karl Schweri était encore vivant aujourd'hui, il devrait répondre d'escroquerie dans le cadre de l'activité de ces deux sociétés. Le verdict du tribunal luganais est attendu pour vendredi.